Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Greffe du cœur ratée à Nantes : la Nazairienne livre son récit

0 14.06.2012 14:48

Elle garde l’anonymat mais raconte comment elle a vécu l’annulation de sa greffe.Qu’est ce qui s’est passé cette nuit du 2 avril ?« J’ai reçu l’appel du CHU de Nantes vers minuit me demandant de venir d’urgence à l’unité de transplantation thoracique pour ma greffe du cœur. On venait de trouver un donneur compatible à Metz. Mon fils et ma belle-fille m’ont accompagné et je suis arrivée dans le service vers 1 h 45. J’ai subi la batterie d’examens nécessaires à la transplantation puis j’ai attendu, comme cela était prévu, puisque je devais rentrer au bloc opératoire à 6 heures du matin ».Et ensuite ?« Vers 5 h, l’anesthésiste est entrée dans la chambre. Elle était blême, dépitée, elle s’est assise et c’est là qu’elle m’a annoncé que la greffe ne pouvait se faire ».Vous a-t-on dit pourquoi ?« Oui, les personnels du CHU ont été formidables, ils m’ont toujours soutenue. J’ai pensé dans un premier temps qu’il s’agissait d’un problème de compatibilité du greffon, mais on m’a parlé d’un problème technique. C’est là que j’ai appris que le transport n’avait pas été possible à cause d’une grève. Mais je n’ai pas eu plus d’explications. Le CHU ne connaissait pas non plus les raisons exactes.D’autres solutions ont-elles été évoquées ?« Oui… L’avion qui allait chercher le greffon à Metz aurait pu se poser à Strasbourg, mais le délai aurait été trop long, au-delà de quatre heures le greffon se détériore. Il ne me restait plus qu’à rentrer chez moi, ce que j’ai fait après cette nuit blanche difficile à vivre émotionnellement. »

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.