Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Aéroport de NDDL "Pas de procédure d'infraction" pour la commission européenne

11 17.09.2013 14:25
  • Photo PO

    Sandrine Bélier, députée devant la commission, une audience en ligne sur internet.

  • Photo PO

    Philippe Boulland, membre de la commission des pétitions, pendant l'audience mardi matin.

Pro et anti-aéroport se sont à nouveau exprimés ce mardi matin devant la commission des pétitions au Parlement européen à Bruxelles après une première audience en mars.

Après leurs arguments, la commission européene a indiqué, par la voix de Karl Falkenberg, directeur à l'environnement de la commission européenne : "dans le cadre d'une procédure EU pilote, nous avons demandé des questions précises à l’Etat français. A ce stade, il ne semble pas nécessaire d’ouvrir une procédure d’infraction formelle, ceci dit ce dossier est complexe de part sa nature et son histoire ». Comme toutes les procédures ne sont pas terminées notamment sur les mesures environnementales, « la commission se réserve la possibilité de suivre de très près les dernières décisions ».

L’opposante Françoise Verchère (Parti de Gauche), coprésidente du collectif des élus doutant de la pertinence du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, a regretté, en conclusion, l’absence de déplacement des députés européens sur le site et les conclusions de la commission après les réponses de l'Etat français. « Si on peut implanter un aéroport sur un site à 98% en zones humides, que reste-t-il des directives-cadres européennes ? On ne peut pas accepter l’idée d’une dérogation pour le projet d’aéroport ». "Nous n'avons toujours pas de réponses sur les compensations agricoles et des zones humides", rappelle Sandrine Bélier, députée européenne Europe Ecolgie-les Verts.

De son côté, pour Alain Mustière, président de l’association Les Ailes de l’Ouest, favorable au transfert de l’aéroport Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes, « le projet d’aéroport continue. Ce projet engage les cinquante prochaines années de l’Ouest et de la France ». Selon Philippe Boulland, député européen (UMP), "il n'y a pas d'éléments notables pour remettre en cause le projet".

Plus d'informations mercredi 18 septembre dans les colonnes de Presse Océan

Commentaires (11)

Zone humide...
nep.tune mer, 18/09/2013 - 00:32

L'aéroport actuel est en zone très humide alors, avec le Lac de Grand Lieu, réserve ornithologique d'importance européenne, en bout de piste, ce qui rend d'ailleurs l'idée de Nexus de rétablir l'ancien tracé de la ligne ferroviaire Nantes-Pornic infaisable à un coût "normal" (surtout vu la fréquentation).
En plus des nuisances grandissantes, le principe de précaution, cher aux écolos, commande d'empêcher le survol de la ville à cause du danger que cela représente (43% des accidents arrivent en approche finale et à l'atterrissage). Sans survol de la ville, pas d'aéroport de grande capacité. La piste perpendiculaire est une lubie, seule une piste réorientée de 40° environ ferait l'affaire techiquement (250°-070° au lieu de 030-210) mais elle "taperait" toute la "banlieue" sud, Vertou, Les Sorinières, Basse-Goulaine et de l'autre côté le bourg de Bouaye !
Quant à S. Belier, elle a très mal défendu son dossier devant la commission des pétitions (j'ai vu la séance du printemps dernier en live sur le net) et je le déplore. Mme Verchère est fidèle à elle-même, opportuniste, nulle et péremptoire...

Bonsoir, Tout à fait d'accord
arnaudvinciairports jeu, 19/09/2013 - 00:12

En réponse à nep.tune - Zone humide...

Bonsoir,

Tout à fait d'accord avec vous, et pour ajouter quelques points de détail :
- Les trajectoires d'approche sont décidées en fonction du sens du vent, interdire le survol de la ville verrait simplement certains jours des rallongements de trajets ubuesques pour les passagers ...
- La réorientation de la piste, en plus de provoquer des nuisances sur le long terme, provoquerait sur le court terme une facture colossale ne serais-ce que pour l'achat des terrains bordant cette future piste, pour d'évidentes raisons économiques, ce ne serait pas le choix de la raison.

Bien à vous,
Arnaud, de VINCI Airports

Stop!
pascaljfrancois mar, 17/09/2013 - 22:08

NDDL n'amènera rien de mieux que l'actuel aéroport de Nantes. Vinci l'affirme régulièrement: Pas de long courrier au départ de NDDL alors arrêtons d'annoncer n'importe quoi. Il n'est pas prévu de liaisons vers la Chine ou les USA.

En période de crise il est temps d'optimiser les dépenses. Commençons par remplir les aéroports existant dans le Grand Ouest, sa sera déjà pas mal. On pourrait commencer par Angers et sa zone d'activité attenante ou il reste beaucoup de place, puis St Brieuc...

@ PASCALJFRANCOIS
arnaudvinciairports mar, 17/09/2013 - 23:55

En réponse à pascaljfrancois - Stop!

Bonsoir,

J'aimerais savoir où vous avez pu lire que le futur aéroport du Grand Ouest n'allait "rien apporter de mieux" ? Quand à ce que nous aurions affirmé, il serait difficile à ce stade du projet de se projeter sur les ouvertures de ligne, ce genre de choses arrive lorsque l'aéroport est prêt !

Bien à vous,
Arnaud, de VINCI Airports

Vous reconnaissez donc la non viabilité de l'aéroport...
Cyril mer, 18/09/2013 - 09:08

En réponse à arnaudvinciairports - @ PASCALJFRANCOIS

...non seulement pour les entreprises mais aussi pour les gens qui le prendront ?
Aucune projection à long terme.

"Quand à ce que nous aurions affirmé, il serait difficile à ce stade du projet de se projeter sur les ouvertures de ligne, ce genre de choses arrive lorsque l'aéroport est prêt !"

Aux pro aéroports, allez-vous exiler les gens qui sont contre ?
C'est ce qui semble ressortir de certaines réactions...

Ouf le ridicule ne tue pas
Musière00 mar, 17/09/2013 - 21:39

M.Mustière n'a rien d'un visionnaire. C'est bien lui qui dans les années 70 réclamait des 2 fois 2 voies pour atteindre le centre de Nantes en voiture.
Y''en a marre de son discours et ses arguments insipides et frelatés du genre "ce projet engage les 50 prochaines années de l'Ouest de la France". Cela n'a aucune signification. Il pourrait d'ailleurs ajouter qu'il ne sera plus là pour payer l'addition.
Comment peut-il trouver judicieux de construire un aéroport dans un secteur déclaré à 98% humide ?

Et toi mon pote, la vision c'est pas ton fort !
JANE DOE mar, 17/09/2013 - 23:04

En réponse à annkler - Ouf le ridicule ne tue pas

Que fais-tu dans la vie ? C'est quoi ton discours ? "Insipides et frelatés" c'est bon pour la bouffe ou la piquette ! Je comprends que ça n'a aucune signification pour toi ! Et t'es mal renseigné ! ça veut dire quoi "98 % humide" ? En France tout est "humide" ! On n'est pas dans le Colorado ou l'Arizona ! Bon, allez mon pote, rentre dans ta caverne (humide). Et puis éteins ton portable, renonce à ton ordi, parce que dis-donc qu'est-ce que c'est polluant et l'addition est salée !

surtout pas l'enterrer ....
GEORGIO47 mar, 17/09/2013 - 20:41

@Cyril .... que d'interprétations .... Rappelons simplement que le Parlement n'a pas vocation ni pouvoir de juger la pertinence du Projet ni son "enterrement " . , Je ne vais pas argumenter de nouveau dans ce post ...mais
nous avons besoin d'un Aéroport du Grand Ouest , pour notre avenir ,nos emplois celui de nos enfants , celui du territoire . qui ne résume pas a Nantes mais a tout l'Ouest .. Nous , pro-aéroports sommes décidés a nous battre jusqu'a son ouverture dans le respect des lois y compris environnementales .

Normal le rapport sur les mesures compensatoires...
Cyril mar, 17/09/2013 - 16:20

n'a pas été rendu.

Relisez bien :
Comme le dit Karl Falkenberg, directeur à l'environnement de la commission européenne : "dans le cadre d'une procédure EU pilote, nous avons demandé des questions précises à l’Etat français. A ce stade, il ne SEMBLE pas nécessaire d’ouvrir une procédure d’infraction formelle, ceci dit ce dossier est complexe de part sa nature et son histoire ». Comme toutes les procédures ne sont pas terminées notamment sur les mesures environnementales, « la commission se réserve la possibilité de suivre de très près les dernières décisions ».

La Commission Européenne attend ce fameux rapport et a donc logiquement renvoyé dos à dos les deux parties.

Cependant, deux éléments de taille :
-la justice ne se prononcera pas sur les expulsions des squatteurs : procès renvoyés à l'an prochain ; ça veut dire pas de démarrage des travaux cet hiver et donc plus d'un an de retard = contrat de concession rendu invalide = plus de concessionnaire pour l'aéroport.
-incapacité de déterminer les mesures compensatoires : pour cela, il faut trouver des agriculteurs qui acceptent qu'on réquisitionne une partie de leurs terres destinés à accueillir les espèces protégées délogées de la zone du futur aéroport.

=> aéroport enterré.

Non, pas "enterré" !
JANE DOE mar, 17/09/2013 - 17:13

En réponse à Cyril - Normal le rapport sur les mesures compensatoires...

Cet aéroport est indispensable pour le développement du Grand Ouest. Les arguments de l'Etat Français ont été entendus à Bruxelles. Le projet est en conformité avec le Traité de Lisbonne (sur la libre circulation des personnes et des marchandises) et il n'y a pas eu d'infractions constatées aux règles des législations européennes. Attendons la suite...

Fureur Zadiste démentie....
observateur44 mar, 17/09/2013 - 15:45

Voilà qui devrait remettre les idées à l'endroit chez les enragés zadistes et leurs complices.
Il y a de fortes chances que les outrances de ces derniers aient joué contre les intérêts de ceux qui, de bonne foi (je ne parle pas de Mme Verchère), se posent des questions sur les nécessaires mesures à prendre pour protéger au mieux l'environnement lors de la construction du futur aéroport..

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.