Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Affaire Laëtitia Tony Meilhon tombe le masque

0 19.10.2015 22:54
L'audience continue mardi avec les experts de l'IRCGN.

L'audience continue mardi avec les experts de l'IRCGN.

Photo Presse Océan - Nathalie Bourreau

Le procès en appel de Tony Meilhon a repris ce lundi à la cour d'assises de l'Ille-et-Vilaine. La journée était consacrée aux experts. Anatomopathologiste, toxicologue, légistes et techniciens en identification criminelle ont déposé tour à tour à la barre.

Ils ont mis en lumière les circonstances du décès de Laëtitia Perrais, tuée dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011 à Pornic. Les experts assurent que la mort de la jeune fille de 18 ans est due à un acte de strangulation. Ils ajoutent que la victime a été frappée à coups de couteau "dans le temps de l'agonie". Ils recensent des "plaies de défense" sur les mains et 19 plaies sur le torse et le dos de Laëtitia. Des coups donnés avec suffisamment de force pour perforer le cœur et un poumon.

Pour les experts, il est impossible que l'accident de scooter dont a été victime Laëtitia soit responsable du décès, sa tête étant protégée par un casque. Ils révèlent que les traumatismes crâniens dont elle a souffert sont compatibles avec des "coups directs" portés sur le visage de la jeune femme.

Ils ne peuvent, en revanche, pas se prononcer sur d'éventuelles violences sexuelles, le corps étant trop dégradé pour permettre une conclusion définitive.

Tony Meilhon persiste à dire qu'il a tué Laëtitia alors qu'il la croyait morte des suites de la chute de scooter qu'il dit aussi avoir provoquée accidentellement. Après l'avoir embarquée dans le coffre de sa Peugeot 106, il indique avoir étranglé puis poignardé sa victime "dans un petit bois" à Arthon, pour tenter de maquiller l'accident en "crime de rôdeur".

"Ma logique de tordu"


"J'ai fait du grand n'importe quoi, a-t-il déclaré. J'étais dans ma logique de tordu. Dès que je faisais un truc, c'était pire. Je ne pouvais plus faire marche arrière. Je suis là pour dire la vérité. J'ai assez de sang comme ça sur les mains."

Placé face aux incohérences de son récit, l'accusé a perdu son sang-froid en fin d'audience. Face au président du tribunal, Tony Meilhon a menacé "d'arrêter de venir" (Ndlr : au procès) "puisque vous avez déjà votre vérité (...) Je n'ai aucune chance de gagner. Je suis perdant d'avance".

Il s'est également emporté quand Me Cécile de Oliveira a pointé du doigt son habilité à dissimuler les preuves et brouiller les pistes. "Pour quelqu'un qui dit avoir agi de façon délirante, vous me semblez plutôt avoir un comportement tout à fait coordonné et réfléchi", remarque l'avocate de Jessica, la sœur de Laëtitia. Réponse de Tony Meilhon : "J'ai l'impression que vous n'écoutez pas. Vous cherchez à me tendre des pièges avec vos filets mais ils sont percés. Je n'ai rien calculé. Ca se faisait au fur et à mesure. C'est regrettable. C'est bien triste. Ca a détruit beaucoup de monde".

Plus d'informations à lire mardi 20 octobre 2015 dans Presse Océan ou nos éditions en ligne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.