Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Affaire Troadec Nouveaux restes humains et ordinateurs retrouvés

0 09.03.2017 18:34
Les policiers enquêtent près de la maison de Lydie Troadec et Hubert Caouissin.

Les policiers enquêtent près de la maison de Lydie Troadec et Hubert Caouissin.

Archives FRED TANNEAU - AFP

Les fouilles pour tenter de retrouver d'autres restes des quatre corps de la famille Troadec ont repris jeudi à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère), dans la ferme du principal suspect au lendemain de la découverte de fragments de corps humains et des bijoux appartenant aux victimes.

 

[Mise à jour 18 h 30] : Des restes humains, ainsi que des objets dérobés dans la maison de la famille Troadec, ont été retrouvés jeudi lors des recherches au domicile du suspect, à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère), a indiqué jeudi le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès. 

Les fouilles, entamées peu après 8 h, se sont terminées vers 17 h. "Les recherches se sont poursuivies aujourd'hui (jeudi). Elles ont permis de continuer à découvrir des restes humains, également des bijoux et des objets qui avaient été dérobés dans la maison d'Orvault, notamment des ordinateurs", a précisé le procureur. Ces objets ont notamment été découverts dans une zone très marécageuse de la propriété de 32 hectares.

"A côté d'un travail d'investigation qui consiste à retrouver les fragments de corps, il y a aussi un véritable travail scientifique qui est mené", a souligné M. Sennès. Ainsi, chaque fragment biologique doit être conditionné, analysé et ensuite attribué à une des victimes, a-t-il détaillé.
Sur place, plusieurs experts sont présents pour assister les enquêteurs, dont "un anthropologue spécialisé dans l'étude des os" et "un médecin légiste", a-t-il dit. "Ce sont des recherches très fastidieuses", qui prennent "beaucoup de temps", a relevé M. Sennès.
Des fouilles sont aussi entreprises dans la maison et dans le four, qui, selon Hubert Caouissin, lui a servi pour brûler une partie des restes des corps qu'il a dit avoir démembrés, a précisé le procureur.
Disparus le 16 février, Pascal Troadec, 49 ans, son épouse Brigitte, 49 ans, et leurs deux enfants, Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans, ont, selon ses aveux, été tués par Hubert Caouissin dans leur maison d'Orvault (Loire-Atlantique) avant d'être démembrés et leurs restes ont été soit brûlés, soit éparpillés sur la propriété de Pont-de-Buis-lès-Quimerch.
Il les soupçonnait d'avoir gardé pour eux des pièces d'or qui auraient dû être partagées avec le reste de la famille dans le cadre d'un héritage, et d'avoir ainsi lésé sa compagne, Lydie Troadec, mise en examen également lundi pour modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres.

+ Lire toutes les dépêches sur l'affaire Troadec ici

Conflit familial de dix ans

Un conflit familial vieux d'une dizaine d'années - une affaire de pièces d'or mal partagées lors d'une succession, dont on ne connait ni le montant ni l'existence réelle - est à l'origine de ce drame.

Dans une interview accordée au Parisien parue jeudi, la mère de Pascal et Lydie Troadec a expliqué que "cette affaire terrifiante trouve son origine dans un trésor composé de lingots et de pièces d’or que mon mari avait caché dans le garage de notre maison".

Un trésor découvert en 2006 lorsque son mari, ex-artisan plâtrier, avait effectué des travaux chez une locataire dans un immeuble datant de 1907 du vieux quartier de Recouvrance, à Brest. Un or "volé peut-être", croit-elle savoir, "à la Banque de France" lors de la Seconde Guerre mondiale", raconte-t-elle.

Hubert Caouissin, technicien pour le groupe de construction navale DCNS à Brest, a été mis en examen lundi à Nantes pour assassinats et atteinte à l'intégralité d'un cadavre, sa compagne pour modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.