Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Agriculture Après Vallet, nouvelle manif d'éleveurs de Vieillevigne à Montaigu

0 23.02.2016 18:37
Le blocus du dépôt Kuehne Nagel de Vallet sera levé avant 20 heures.

Le blocus du dépôt Kuehne Nagel de Vallet sera levé avant 20 heures.

Archives PO-FT

Après qu'un collectif lève ce soir le blocus d'un dépôt de produits frais à Vallet, un autre collectif non syndiqué ira mercredi de Vieillevigne jusqu'à la laiterie de Montaigu voisine de Sodebo.

Une cinquantaine d'éleveurs non syndiqués de Loire-Atlantique, Vendée et Maine-et-Loire s'était relayée pour bloquer depuis dimanche après-midi le dépôt de produits frais Kuehne Nagel, à Vallet. Ils commencent à lever le blocus, une opération qui va se poursuivre jusqu'à 20 heures ce mardi soir. Leur porte-parole Régis Mainguy promet qu'il n'y aura pas de nouvelle action d'ici la fin de la semaine. Mais qu'ils resteront mobilisés pour en mener de nouvelles dès la semaine prochaine.

Pendant ce temps, plus au sud, un collectif d'éleveurs non syndiqués de Vieillevigne/La Planche/Aigrefeuille-sur-Maine prépare une action qui conduira mercredi matin à partir de 9 h 30 de nombreux tracteurs depuis Vieillevigne jusqu'à la laiterie de Montaigu, qui voisine le groupe agroalimentaire Sodebo, également visé par l'action des éleveurs. Il y a deux semaines, ce collectif avait bloqué le rond-point de Viais, dans le pays de Retz. Et la semaine dernière, ils avaient bloqué la centrale d'achat Leader Price de Boufféré, en nord Vendée, en limite de la Loire-Atlantique. Leur porte-parole Mathias Ploteau, producteur de lait à Vieillevigne, explique : « Nous avions rencontré le maire de Montaigu, Antoine Chéreau (MPF, président de la communauté de communes de Montaigu-Rocheservière et vice-président du conseil régional). Il a proposé de réunir les producteurs et les industriels. » Envisageant de maintenir la pression par une forte présence auprès de la laiterie de Montaigu, qui collecte le lait des producteurs locaux, ils promettent « de ne faire ni dégâts, ni feux, car on revendique un mouvement propre en affichant notre détermination pour entamer des échanges avec les industriels de l'agroalimentaire et identifier les marges de progrès à réaliser pour qu'ils s'approvisionnent dans la région. Nous voulons les inciter à jouer le jeu. »

Ils constatent depuis la fin de quotas européens l'effondrement des prix. « Le litre de lait étant payé au producteur à 0,26 voire 0,27 €, c'est moins qu'en 1982 », explique Mathias Ploteau. « Sur le terrain, on voudrait revenir aux quotas, à une régulation, ce que défend le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll (PS), car ça empêche la surproduction. Il faut savoir qu'une hausse du volume de 1 % du lait, c'est 10 % de prix en moins. »

Frédéric Testu

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.