Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Angers Fin de vie : l'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison jugé en appel

0 12.10.2015 18:02
Nicolas Bonnemaison (C) et son avocat Benoît Ducos-Ader à l'issue de son procès le 25 juin 2014 à Pau

Nicolas Bonnemaison (C) et son avocat Benoît Ducos-Ader à l'issue de son procès le 25 juin 2014 à Pau

Gaizka Iroz - AFP/Archives

Comment gérer la toute fin de vie? Clivant, forcément poignant et toujours vif, le débat revient devant la justice ce lundi avec le procès en appel à Angers de l'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison, pour sept cas "d'empoisonnement" de patients âgés, incurables et en phase terminale.

Le frêle médecin bayonnais aux lunettes arrondies et au doux sourire avait été acquitté en juin 2014 par la Cour d'assises de Pau, au terme d'un procès long (11 jours), émouvant par moments, éprouvant pour tous, acteurs et observateurs. Le Parquet général avait fait appel, et Nicolas Bonnemaison est donc rejugé, jusqu'au 24 octobre, cette fois devant la Cour d'assises d'appel du Maine-et-Loire.

"Acharnement judiciaire déraisonnable", comme l'a clamé la défense au moment de l'appel? Besoin de rectifier un "sentiment d'inachevé" du verdict de Pau, comme l'a espéré une des familles de victimes parties civiles? Ou besoin de la justice de rappeler qu'"on ne peut, de manière clandestine et solitaire, abréger la vie d'une personne qui ne le demande pas", comme l'analysa le député (LR) Jean Leonetti, père d'une loi sur la fin de vie (2005)?

Quels que soient les motifs de l'appel, les crimes dont Nicolas Bonnemaison a été acquitté en premier instance et pour lesquels il est à nouveau jugé sont passibles de la réclusion criminelle à perpétuité.

L'ex-urgentiste est accusé d'avoir, entre mars 2010 et juillet 2011 dans son unité du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne, injecté des produits létaux à sept patients âgés, incurables, et dont on avait arrêté les traitements.

Injections dont ce médecin -- décrit par les experts-psychiatres comme "hyper-compassionnel" au point d'être "pas assez lucide" -- n'avait informé ni soignants, ni familles. Injections qu'il a défendues aux assises, disant avoir agi en "médecin comme je le conçois", médecin "jusqu'au bout du bout".

- Le "mal" au nom du bien -

Aucune des familles des victimes n'a porté plainte, mais deux s'étaient constituées parties civiles, dont celle de Catherine Iramuno, 86 ans, décédée en avril 2011 après que Nicolas Bonnemaison lui eut administré de l'hypnovel (sédatif), sans informer la famille. Le fils et la belle-fille Iramuno attendent à Angers "des explications et une condamnation", a indiqué à l'AFP leur avocate, Valérie Garmendia.

Seize mois ont passé depuis le procès de Pau. L'Ordre des médecins a radié Nicolas Bonnemaison malgré son acquittement, une sanction confirmée par le Conseil d'Etat. Un recours contre cette décision est pendant à la Cour européenne des droits de l'homme.

L'ex-urgentiste a néanmoins retrouvé un poste -- "non-médical" -- à mi-temps à l'Hôpital de Bayonne, un emploi qui lui fait "énormément de bien", selon son avocat.

La loi sur la fin de vie, elle, a évolué ou est sur le point de le faire. Il y a quelques jours, l'Assemblée nationale a adopté en deuxième lecture une proposition de loi instaurant un "droit à la sédation profonde et continue", un endormissement jusqu'au décès pour les malades incurables et au pronostic vital engagé à court terme.

Père (avec le socialiste Alain Claeys) de cette proposition de loi, le médecin Jean Léonetti viendra témoigner à Angers, comme plus de 60 témoins présents à Pau. Parmi eux, des familles de victimes, du personnel soignant... Et aussi d'anciens ministres, Bernard Kouchner (Santé) et Michèle Delaunay (Personnes âgées), qui avaient rendu au premier procès un vibrant hommage à ces médecins "d'en-bas" qui, face à la souffrance et à la fin de vie, assument une "décision solitaire" de "transgresser".

En ne requérant que cinq ans de prison, avec sursis possible sur l'intégralité, l'accusation à Pau avait traduit l'inconfort de ce procès d'un médecin dont la "volonté n'était pas de faire le mal (...) mais pour faire le bien, au regard de la loi, il a fait le mal", selon les termes employés par l'avocat général lui-même.

La Cour d'assises du Maine-et-Loire va être confrontée pendant deux semaines à cet équilibrisme-là.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.