Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Au fil du Vieux Nantes, lycée Vial : témoignages d'anciennes élèves

0 16.03.2013 15:12
Une classe du lycée technique de jeunes filles de Vial à Nantes en 1960-1961.

Une classe du lycée technique de jeunes filles de Vial à Nantes en 1960-1961.

Ce sont des lieux, des hommes et des femmes de Nantes, dont la mémoire se perd et s’évanouit au fil des ans. A l’occasion de la publication d’une photographie du lycée Vial, deux lectrices nous ont envoyé leurs témoignages.


« J'y ai fait toute ma scolarité de la 5ème (1959-1960) à la terminale pour passer un BTS secrétaire de direction (1967-1968) », écrit Martine Baranger, qui nous a joint cette photo. « De mes premières années, je me souviens d’un changement radical avec le primaire et l’obligation de mettre une blouse bleu et la semaine suivante une blouse rose (avec nom brodé). Il y avait des activités obligatoires comme : cuisine, couture, repassage. La première année nous étions dans l'annexe de Vial, soit dans une école non loin de la prison de la  rue Harouys (année 1959 - 60). L'entrée des élèves se faisait rue  de la Bastille. Si nous étions en retard, nous passions par la rue du 14 Juillet et, de fait, obligatoirement devant les surveillants. Ils notaient alors nos noms, avec « colle » à l'appui si les retards étaient trop nombreux. Le Lycée a changé d'ambiance lorsque les « garçons de Launay » sont venus intégrer le lycée. L'architecture de ce lycée, très « cloître » était accueillant, du moins à mon époque mais en même temps impressionnant. ». Martine Baranger livre quelques noms de professeurs :Mme Millo (français- philo ) – Mme Guérin (économie ), Mme Pouliguen (Enseignement commercial- droit), Mme Touchard (anglais), M. Roulic (espagnol), Mme Vallée (Sténo -dactylographie).


Un « jardin de saucisses »


Une autre lectrice, Monique Maliba, née Mandin, se souvient également avoir « fréquenté cet établissement scolaire pour jeunes filles de 1953 à 1956 en section commerciale. L'entrée en 4ème se faisait sur concours. Je ne connais pas le mode d'admission en section industrielle.  Les élèves du commercial devaient porter une blouse bleue, celles du secteur industriel une blouse rose. La directrice pour tout le collège s'appelait Madame Labarthe C'était une personne très digne qui inspirait le respect. Les repas servis à la cantine du collège étaient de médiocre qualité, il faut rappeler que c'était une période d'après guerre, et de ce fait peu appréciés des élèves. Un jour où les saucisses servies étaient particulièrement de mauvais goût, les élèves les avaient mises dans leur poche et avant de rentrer en classe les avaient jetées par dessus le mur de la cour, mitoyen avec le jardin du Dr Leroux, gynécologue connu de l'époque dont le cabinet donnait sur le boulevard Guist'hau. Celui-ci, bien naturellement est venu se plaindre auprès de Madame Labarthe qui est passée dans chaque classe faire le même discours : « Mesdemoiselles, notre voisin le Dr Leroux se plaint que vous ayez bombardé son jardin de saucisses et de boudins. C'est inadmissible,  la nourriture dont vous bénéficiez est parfaitement mangeable et je ne tolèrerai aucun manquement à notre règlement. « Tachez » moyen de faire mieux désormais »C'est à quelque chose près les termes utilisés par Madame Labarthe, notamment « bombardé » et « tachez moyen .. », une expression qu'elle affectionnait particulièrement et que toutes les élèves reprenaient en parlant d'elle.J'ai quitté le collège en Juillet 1956. C'est le collège qui m'a fourni mon premier emploi chez le concessionnaire Olivetti, les établissements Chagneau, rue Mercoeur à Nantes. J'avais 17 ans ».


Pour nous écrire :  « En quête d’histoires », 15, rue Deshoulières  44 000Nantes.


Mail à :  stephane.pajot@presse-ocean.com


Retrouvez notre chronique « En quête d’histoires », chaque mercredi.


 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.