Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Décès de Pierre Mauroy : les réactions en Loire Atlantique

0 07.06.2013 15:11
Pierre Mauroy est décédé ce matin à l'hôpital Percy à Clamart à l'âge de 84 ans.

Pierre Mauroy est décédé ce matin à l'hôpital Percy à Clamart à l'âge de 84 ans.

Photo AFP

Pierre Mauroy est décédé ce matin à l'hôpital Percy à Clamart à l'âge de 84 ans. Plusieurs personnalités locales ont tenu à lui rendre hommage.

Jacques Auxiette, président (PS) de la Région Pays de la Loire
Jacques Auxiette tient à « rendre hommage à celui qui, par son engagement, aura porté de grandes réformes  pour la France notamment en étant, avec son ministre Gaston Deferre, l’artisan des premières lois de décentralisation de 1982, qui ont fait des Régions des collectivités territoriales de plein exercice ». Le président du conseil régional ajoute :« J’ai une pensée émue pour sa famille et ses proches mais je tiens avant tout à rendre hommage à un grand homme qui a participé à l’arrivée de la gauche au pouvoir. Les victoires d’aujourd’hui sont le résultat des batailles menées par le passé par des hommes comme Pierre Mauroy ».

Philippe Grosvalet, président (PS) du conseil généralde Loire-Atlantique
« Pierre Mauroy, avant d’être le premier des Premiers ministres de la Gauche au pouvoir, avait été mon « patron ». Fondateur dès 1951 puis président jusqu’en 1981 de la fédération nationale Léo-Lagrange, mouvement d’éducation populaire, Pierre Mauroy était d’abord pour moi un homme de convictions, engagé auprès de la jeunesse, en faveur de son éducation citoyenne au service de la transformation de notre société. Tous ceux qui ont côtoyé Pierre Mauroy à Léo-Lagrange savent combien il était mobilisé pour la jeunesse, convaincu qu’elle représente une puissante force collective pour assurer l’égalité et la justice sociale dans un cadre républicain. Pierre Mauroy a aussi été, entre 1981 et 1983, le chef du Gouvernement de tous les progrès - sociaux comme démocratiques [...] Dans l’exercice de ce pouvoir, il avait aussi été l’homme du réalisme, plaidant pour des décisions responsables et parfois difficiles, afin que la France demeure dans le cadre européen. De ce point de vue, l’action de Pierre Mauroy éclaire aujourd’hui encore le chemin de la Gauche au pouvoir, et cet équilibre toujours exigeant entre volonté et responsabilité. Je salue la mémoire de Pierre Mauroy, une très grande figure de la Gauche française au XXe siècle.  »

Marie-Françoise Clergeau, députée (PS) de Loire-Atlantique
« C'est avec tristesse et émotion que j’ai appris le décès de Pierre Mauroy. C'est non seulement une grande figure du Parti socialiste et de la gauche qui disparait mais aussi un homme d'Etat qui fut le premier Premier ministre de François Mitterrand en 1981 et dont l'engagement au service de notre pays marquera notre histoire car c'est sous son gouvernement que furent adoptés : l’abolition de la peine de mort, la décentralisation, la cinquième semaine de congés payés, la retraite à 60 ans, le choix de l'Europe en 1983. De grandes réformes et de grandes avancées pour notre pays. Je n'oublie pas non plus l'élu local proche des gens, le maire de Lille qui a tant fait pour sa ville et sa région. Fondateur de la Fédération nationale Léo Lagrange, il a également marqué le monde de l’éducation populaire.  Ce militant de toujours aux convictions et aux valeurs de justice sociale et de solidarité si solidement ancrées, manquera à la gauche et à tous les socialistes.  J'adresse à sa famille et à ses proches mes plus sincères condoléances. »

Yannick Vaugrenard, sénateur (PS) de Loire-Atlantique
« Pierre Mauroy décédé, c'est le parti socialiste et la gauche qui sont endeuillées par cette triste nouvelle. Premier ministre, proche du peuple et qui savait parler au peuple, c'est lui qui mis en place à la tête d'un gouvernement d'union de la gauche les premières réformes sociales, la décentralisation, l'abolition de la peine de mort. C'était un homme profondément européen, habité de l'idéal des pères fondateurs. Il aura marqué son emprunte de son humanisme et de sa clairvoyance. Dans un beau livre intitulé : " les héritiers de l'avenir", il nous montrait un chemin volontariste, ambitieux et reconnaissant du passé pour mieux préparer l'avenir. Chapeau bas camarade et Monsieur Pierre Mauroy ! »

Christophe Clergeau, secrétaire de l’Union régionale du Parti socialiste
« C’est avec émotion que je viens d’apprendre la disparition de Pierre Mauroy. Je tiens à saluer le parcours de ce grand militant socialiste courageux et désintéressé, homme des territoires et serviteur de la nation, homme de la tradition et de la modernité du socialisme, voix libre, chaleureuse et authentique. Premier Ministre de François Mitterrand en 1981, Premier secrétaire du PS en 1988, Président de l’internationale socialiste en 1992, il aura été par excellence un homme de la synthèse, attaché à la qualité de la vie collective des socialistes. Je pense aujourd’hui à sa famille et à ses proches, mais également à l’ensemble des militants socialistes et de gauche qui ont partagé ses combats et à qui il manque déjà. »

Fabrice Roussel, premier secrétaire fédéral du parti socialiste
« Avec la disparition de Pierre Mauroy, c’est un fidèle camarade que les socialistes de Loire-Atlantique viennent de perdre. Premier des socialistes à Matignon sous la Ve République, il sera à l’origine de grandes réformes comme l’abolition de la peine de mort, les lois de décentralisation, la 5e semaine de congés payés, les 39 heures…  Adhérent aux jeunesses socialistes dès 16 ans, il consacra sa vie à la lutte en faveur des plus modestes, que ce soit à travers la création de la fédération d’éducation populaire Léo Lagrange ou par l’exercice de ses différents  mandats auprès des Lillois.  Homme du Nord, il connaissait bien notre département et avait de forts liens d’amitiés avec de nombreux socialistes de Loire-Atlantique, notamment Alain Chénard et Jean-Marc Ayrault. »

 François de Rugy, député Europe Ecologie Les Verts
« Les député-e-s écologistes ont appris avec une profonde tristesse le décès de Pierre Mauroy. De cet humaniste hors du commun, dont l'action appartient incontestablement à l'histoire de notre pays, nous conserverons le souvenir du réformateur qui sut mettre en œuvre le changement en 1981, de l'Européen et avant tout de l'homme d'audaces qui ont marqué durablement notre pays. Pilote de la révolution institutionnelle de la décentralisation, il fut l'un de ceux qui portèrent un coup de boutoir salutaire au jacobinisme français.  Pierre Mauroy ne fut pas seulement le premier ministre de la réduction du temps de travail, des congés payés, de l'impôt sur la fortune ou de la retraite à 60 ans. Il a également été le premier ministre du réalisme et du courage, n'hésitant pas à affronter l'impopularité. Capable de ruptures, nous n'oublions pas qu'il fut également à la tête du gouvernement qui mit fin au trop long feuilleton du Larzac et qui sut abandonner le projet de la centrale nucléaire de Plogoff. Nos pensées vont à sa famille et à ses proches, à ses camarades de Parti, ainsi qu'aux femmes et aux hommes du Nord et de Lille, une région et une ville auxquelles il a tant consacré. »

Alain Gralepois, président du groupe socialiste, radical et républicain au Conseil régional des Pays de la Loire
« C’est avec beaucoup d’émotion et une grande tristesse que j’apprends aujourd’hui le décès de Pierre Mauroy. Il restera, pour nous socialistes comme pour tous les Français, le premier chef deGouvernement socialiste de la cinquième république, après l’élection de François Mitterrand en 1981.  On se souviendra des grandes réformes qu’il a menées au cours de ces trois années comme Premier ministre : l’abolition de la peine de mort, l’impôt sur la fortune, la cinquième semaine de congés payés ou encore la décentralisation. Maire de Lille de 1973 à 2001, député du Nord, Président du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, il a marqué l’histoire de sa ville et de sa région autant qu’il a marqué l’histoire de notre pays. C’était un militant de la première heure et un européen convaincu. On se rappellera d’ailleurs qu’il a été le premier français élu à la tête de l’Internationale Socialiste de 1992 à 1999 avant d’en devenir le Président d’honneur. Aujourd’hui c’est un grand homme, un pilier de notre Parti, un morceau de l’histoire de notre République qui nous quitte. Au nom des élu-e-s du groupe socialiste, radical et républicain, je tiens à adresser à la famille et aux proches de Pierre Mauroy mes plus sincères condoléances. »

Mouvement des Jeunes Socialistes de Loire Atlantique
« C’est avec une profonde tristesse et une grande émotion que le Mouvement des Jeunes socialistes de la Loire-Atlantique a appris le décès de Pierre Mauroy. Les Jeunes socialistes de la Loire-Atlantique saluent la mémoire d’un grand homme, d’un grand Premier ministre et d’un grand socialiste, qui aujourd’hui encore doit nous inspirer dans notre volonté de changement. Nos pensées vont vers sa famille, ses proches et nos camarades de la fédération socialiste du Nord. »

Marie-Odile Bouillé, députée (PS) de Loire-Atlantique
« J'éprouve une profonde tristesse d'apprendre la mort de Pierre Mauroy, un grand homme du socialisme et de la République. En tant que premier 1er ministre socialiste de la 5ème République, il a mené des combats essentiels pour la justice sociale et la modernisation de la France : 39 heures, la retraite à 60 ans, 5ème semaine de congés payés, remboursement de l'IVG, abolition de la peine de mort, décentralisation... Son socialisme de conquête doit être pour nous tous une source d'inspiration à l'heure où la France doit relever tant de défis économiques et sociaux. »

Patrick Rimbert, maire de Nantes
« C’est avec une profonde tristesse et une grande émotion que j’ai appris le décès de Pierre Mauroy, au terme d’une vie de combat et d’engagement. C’est à cet homme de conviction et de caractère, travailleur infatigable, politique courageux, qu’est revenue la tâche immense et exaltante de conduire le premier gouvernement de l’alternance, en 1981. Il y a fait une nouvelle fois preuve de ses éminentes qualités, menant une politique à la fois audacieuse, généreuse et réaliste. C’est sous sa conduite que seront adoptées des réformes qui marquent encore notre pays : abolition de la peine de mort, décentralisation, 5ème semaine de congés payés, pour n’en citer que quelques unes. Fidèle à ses racines, conscient de l’importance de l’action locale, Pierre Mauroy fut aussi un grand Maire de Lille, un de ces premiers magistrats qui marquent une cité. D’une ville qui souffrait des conséquences de la désindustrialisation, il a su faire une métropole qui compte, innovante et inventive, reconnue et appréciée. Enfin, c’était un homme à part, une de ces rares personnalités qui savent conjuguer une stature d’homme d’Etat avec le sens du dialogue, le respect des convictions et l’attention aux autres. C’est une grande figure de la gauche qui nous a quittés. Mais ce qu’il a accompli, pour sa ville comme pour son pays, demeure. Le meilleur hommage que l’on puisse lui rendre est de poursuivre son combat pour une société plus juste et plus humaine.»

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.