Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Défense La mort au Burkina Faso de l'ancien tirailleur Kamon Soulama

0 04.01.2016 17:46
Kamon Soulama

Kamon Soulama

Photo archives PO

L'année dernière, le cas de Kamon Soulama avait ému l'un de ses compratriotes installé à Nantes. Kamon Soulama, tirailleur sénégalais originaire du Burkina Faso, est mort sans jamais toucher sa pension militaire.

C'était il y a un an. Thierry Zabre, un Nantais de 39 ans originaire du Burkina Faso, avait décidé de venir en aide à l'un de ses compatriotes, Kamon Soulama, un ancien combattant de 96 ans mobilisé par l'armée française de 1941 à 1946 et qui n'a jamais reçu de pension. Il avait été ému par la découverte de son histoire dans un journal burkinabé. Car s'il était bien détenteur d'une carte d'ancien combattant (n° 99SBF3115659), Kamon Soulama n'a toutefois jamais obtenu le versement de sa pension.

« Toucher ne serait-ce qu'une fois ma pension »

Thierry Zabre vient d'apprendre que le vieux tirailleur s'est éteint dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, sans obtenir réparation, malgré le dossier monté par sa petite fille en 2003 et la reconnaissance de ses états de service en 2008. Kamon Soulama, qui vivait reclus dans un village proche de Banfora, dans le sud-ouest du Burkina-Faso, avait été incorporé de force en 1941 dans les tirailleurs sénégalais. Il s'est ensuite battu en Afrique du Nord puis a participé à la campagne d'Italie et à la Libération de la Corse, avant d'être démobilisé en 1946. Koman Soulama n'avait qu'un souhait : « Toucher ne serait-ce qu'une fois ma pension avant que le seigneur ne me rappelle à lui ». Mais son vœu n'a pas été exhaussé.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.