Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Drame Trois ans et demi après la tempête Xynthia, un procès à l'horizon

0 27.08.2013 23:40
La tempête Xynthia a aussi frappé la Loire-Atlantique en février 2010.

La tempête Xynthia a aussi frappé la Loire-Atlantique en février 2010.

(Photo archives Presse Océan)

Le renvoi devant le tribunal correctionnel de cinq personnes physiques, dont le maire de la Faute-sur-mer, et de deux entreprises après la mort de 29 personnes lors de la tempête Xynthia, en février 2010, est la dernière étape avant un procès au deuxième semestre 2014. Le juge Yannick Le Goater, en charge de ce dossier hors norme dans lequel plus d'une centaine de personnes, proches des victimes, se sont portées parties civiles, a signé ce lundi 26 août l'ordonnance de renvoi qui confirme les principaux chefs de mise en examen qui avaient été retenus au cours de l'instruction de trois ans et demi: homicides involontaires et mise en danger de la vie d'autrui. L'information a été confirmée ce mardi par le parquet des Sables d'Olonne.
Le 28 février 2010, 29 habitants de la Faute-sur-Mer (Vendée), pour beaucoup des retraités, mais aussi certains de leurs petits-enfants venus passer quelques jours de vacances, avaient été piégés dans la nuit, dans leurs maisons construites récemment dans une zone submersible de la commune, les volets électriques de leurs demeures ayant été rendus inopérants par l'eau.
Parmi les cinq personnes renvoyées devant le tribunal correctionnel figurent, outre le maire René Marratier, deux de ses adjoints, ainsi qu'un promoteur immobilier local et un fonctionnaire de l'ancienne Direction départementale de l'Équipement. Deux personnes morales, les entreprises ayant construit les maisons situées dans la "cuvette mortifère", zone sous le niveau de la mer où ont été retrouvées la plupart des victimes, comparaîtront également.
Ce renvoi "est tout à fait justifié. Maintenant il faudra convaincre le tribunal", a dit mardi soir à l'AFP Me Corinne Lepage, avocate des parties civiles, qui a rendu hommage à la qualité de l'instruction.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.