Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Environnement A Saint-Lumine-de-Clisson, l'oued de la discorde

1 17.07.2013 10:41
Luc Guichet (à gauche), président des Amis de la Maine, aux côtés de riverains indignés de retrouver des anguilles mortes desséchées.

Luc Guichet (à gauche), président des Amis de la Maine, aux côtés de riverains indignés de retrouver des anguilles mortes desséchées.

Photo Presse Océan

Des riverains s’érigent contre l’assèchement d’un plan d’eau, à l’origine de la mort de poissons. Une plainte est déposée.

La Maine, affluent de la Sèvre, a brutalement vu son niveau baisser mardi 9 juillet au lieu-dit « La chambaudière », à Saint-Mumine-de-Clisson. À cette date, le syndicat Sevraval (Sèvre aval, Maine et affluents), qui a en charge l’entretien des rivières de l’agglomération nantaise, a ordonné, à titre d’expérimentation, l’ouverture de la chaussée dite de la vieille écluse, sous couvert d’amélioration de la qualité des milieux aquatiques. « La manœuvre a aussitôt réduit La Maine à un oued en certains endroits, s’insurge Luc Guichet, président des Amis de la Maine, association revendiquant une centaine d’adhérents. On a perdu au moins 80 cm d’eau. Du fait de l’assèchement du site, on a retrouvé de nombreux poissons morts. Dès que l’on a découvert les dégâts, on s’est mobilisé. On a sauvé des centaines d’anguilles et de goujons bloqués dans les rochers… »

Plainte

Luc Guichet a déposé plainte à la gendarmerie d’Aigrefeuille, notamment « pour dégradations de biens privés (Ndlr : « Le sol de la rivière appartient à des riverains », dit-il) et mise en danger de la flore et de la faune ». L’association veut également déposer une requête devant le tribunal administratif pour contester la légalité de l’expérimentation menée par le syndicat Sevraval. Les membres de l’association, qui ont longtemps combattu l’ouverture du « barrage » - initialement projetée dès juin 2010 - jurent qu’ils ne sont pas opposés à cette manœuvre, permettant d’évacuer alluvions et vase, « mais hors période estivale ».

Contacté, Sevraval n’a pas donné suite à nos sollicitations. L’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) assurait hier n’avoir aucune information attestant de la surmortalité de poissons à St-Lumine-de-Clisson. L’ouverture de la chaussée, note l’Onema, répond aux exigences d’une directive européenne imposant aux gouvernements « de rétablir le bon état des eaux et des milieux aquatiques d’ici 2015, sous peine de pénalités. Des actions sont menées pour restaurer la continuité écologique, assurer l’écoulement naturel ».

Dossier complet dans Presse Océan ce mercredi.

 

Commentaires (1)

Pourquoi ?
Tatave mer, 17/07/2013 - 12:53

Oui, pourquoi jouer en permanence à manipuler la nature ?
A chaque fois le résultat est le même, on la détraque !
Les initiatives partent toujours de voeux pieux qui se terminent toujours de la même manière.
A croire que l'expérience des uns ne sert jamais aux autres...

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.