Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Faits divers Plus de 400 morts dans un naufrage entre St-Nazaire et Noirmoutier

2 14.06.2015 09:41

  • L'épave du Saint-Philibert

    L'épave du Saint-Philibert

  • Le rapport d'enquête du 15 juin 1931

    Le rapport d'enquête du 15 juin 1931

Le 14 juin 1931, de retour d'une excursion à Noirmoutier, le vapeur nantais « St-Philibert » sombrait en quelques secondes entre la pointe Saint-Gildas et la pointe de Chemoulin avec à son bord plus de 450 passagers.

 

Voici dans son intégralité le rapport d'enquête dressé le lendemain par le commissaire de police Charles Carrance et le commissaire spécial de la direction de la Sûreté générale de Nantes, Laurent Gide, dépêchés sur les lieux du drame.

467 excursionnistes partis de Nantes

« Informé hier, à 23 heures que le steamer d'excursions Saint-Philibert de la Compagnie des Messageries de l'Ouest de Nantes, avait fait naufrage, vers 18 heures, à son retour de Noirmoutier, au moment où il arrivait au lieu-dit Les Chateliers, endroit situé entre la Pointe St-Gildas et celle de Chemoulin.

Avons immédiatement procédé à une enquête, tant à Nantes qu'à Noirmoutier, et recueilli les renseignements suivants :

Le 3/s St-Philibert avait quitté Nantes, hier matin, à 6 heures pour transporter à Noirmoutier 467 excursionnistes de Nantes, 50 enfants âgés de plus de 5 ans et une trentaine âgés de moins de 5 ans avaient pris place à bord de ce navire en compagnie de leurs parents.

Le voyage aller s'était bien effectué et ce vapeur débarquait ses passagers à Noirmoutier, vers 11 h 30.

Ces excursionnistes appartenaient en majeure partie à la Société Les Loisirs constituée tout récemment par l'Union des coopérateurs de Loire-Inférieure et la Bourse du Travail de Nantes.

Mauvais état de la mer

Hier matin, des vents du Nord-Ouest soufflaient modérément , ne gênant en aucune façon la navigation.

Durant l'après-midi, la mer devint houleuse, des vents d'Ouest soufflaient en tempête et, vers 17 heures, le St-Philibert repartait de Noirmoutier pour Nantes, avec 28 passagers en moins. Ces derniers, en raison du mauvais état de la mer, préférant revenir à Nantes en automobile. Trois passagers, originaires de Noirmoutier, auraient pris place à bord au départ de retour de ce bateau, dont le capitaine était M. Ollive.

Vers 18 h 30, quand ce steamer a voulu prendre le chenal à l'estuaire de la Loire, près de la bouée Les Chateliers il fut pris en travers par de fortes lames, le faisant rouler énormément.

C'est à ce moment qu'il allait quitter la zone dangereuse, où il était pris de travers pour avoir vent arrière et par conséquent avoir des lames à l'arrière, que les passagers qui s'étaient portés d'un même côté du bateau, firent, court-on, chavirer ce vapeur, au moment où il roulait fortement. En quelques secondes, le St-Philibert s'engloutir, entraînant avec lui un minimum de 400 passagers.

Le naufrage fut si rapide que les moyens de sauvetage, embarcations et bouées, ne purent être utilisés.

Le sémaphore de St-Gildas ayant alerté les remorqueurs de St-Nazaire, ces derniers se rendaient sur les lieux pour procéder au sauvetage de 8 passagers hommes qui furent immédiatement hospitalisés à St-Nazaire. En même temps ils repêchaient quatre cadavres de femmes.

Le bateau de sauvetage de l'Herbaudiere en Noirmoutier s'était également porté sur les lieux, mais il ne retrouva que deux bouées de sauvetage marquées M.O. (Messageries de l'Ouest) et un panneau en bois devant provenir de la cale du vapeur.

Actuellement, les remorqueurs Auroch Pierric de St-Nazaire, le navire baliseur Ingénieur de Joly et trois hydravions de la Marine Nationale de Brest, coopèrent au sauvetage des corps des naufragés, rejetés par la mer ou flottant sur les lieux du sinistre.

Nous n'avons pu entendre aucun des rescapés qui se trouvent hospitalisés à St-Nazaire.

Cette catastrophe a produit tant à Nantes qu'à Noirmoutier, une pénible émotion et la foule n'a cessé de stationner cette nuit et aujourd'hui aux abords des bureaux des Messageries de l'Ouest, quai de la Fosse.

Le St-Philibert est un vapeur mesurant 32 mètres 13 de longueur, 6m43 de largeur, 2m40 de creux, sa force de 300 chevaux est donnée par une machine à triple expansion. Il a été construit à Nantes en 1923 aux Chantiers Dubigeon (coque) et sa machine provenait des chantiers de la Loire, à Nantes. Il était entre en service en octobre 1923.

Huit survivants

Les appareils de sauvetage du bord consistaient en deux grands canots places chacun d'un côté du navire, de bouées, de ceintures et gilets de sauvetage. Des sièges mobiles avec flotteurs étaient à bord et auraient pu servir si le naufrage n'avait été aussi rapide.

Le St-Philibert était autorisé à transporter en mer 500 passagers.

Il y a lieu de supposer que le nombre des naufragés est de 450 environ (hommes, femmes et enfants). Ce vapeur aurait coulé par 16 mètres de fond environ.

Mentionnons que le bruit cour parmi la population de Noirmoutier, qu'en raison de l'état de la mer très houleuse, le capitaine Ollive qui commandait le St-Philibert aurait hésité à prendre le large et qu'il n'aurait enfin appareillé que sur les instances d'un certain nombre de passagers qui tenaient à rentrer à Nantes, le soir même pour reprendre leur travail le lendemain ? D'autre part il espérait une accalmie du vent se produirait, si la pluie tombait ».

Seuls huit survivants sont secourus. Une semaine après le naufrage, plus de 200 corps ont pu être repêchés. Mais certains n'ont jamais été retrouvés.

Renfloué

En 1933, un procès oppose les armateurs aux familles des victimes, mais ces dernières sont déboutées. Renfloué en 1931, le St-Philibert et navigue sous divers noms (Les Casquets, St-Efflem et Côte d'Amour) jusqu'à son démantèlement en 1979 au Trieux (Côtes d'Armor).

Dominique Bloyet

 

Commentaires (2)

le passé peu resurgir là où on ne l'attend pas
estellelilou mar, 23/06/2015 - 21:33

C'est lors d'une consultation avec une voyante par téléphone que cette histoire a fait surface dans ma vie. Il y a presque un an j'ai téléphoné à une voyante en la trouvant sur internet sur son site, c'est http://www.voyance-sanscb.org et dans le tirage qu'elle a réalisé pour moi par téléphone, elle en est venue à me parler d'un bateau, elle voyait le nom Philippe. Elle m'a parlé de beaucoup de perte, d'une grande tristesse, j'habite Noirmoutier et elle ne le savait pas. Je viens de lui envoyer votre article par mail, elle va je pense être aussi surprise que moi...

Voyance par téléphone ! PDM !
JANE DOE mer, 24/06/2015 - 01:37

En réponse à estellelilou - le passé peu resurgir là où on ne l'attend pas

Ma petite Estelle : serais-tu naïve à ce point ? L'histoire du naufrage du St Philibert en 1931 est un fait historique ! Ma mère l'a vécu, (bien avant ma naissance quand même ! ) et me l'a raconté. Il n'y a pas besoin de faire appel à de soi-disant voyantes qui ne voient rien du tout, surtout celle que tu as contactée . De plus elle est inculte ! En 2015, il suffit d'aller sur Internet ! C'est une belle arnaque qui doit te coûter cher si tu as l'habitude de faire appel à ce genre de personnes qui profitent de la faiblesse et de la crédulité des gens espérant toujours que l'on va leur annoncer des choses merveilleuses. Tu rêves ! Saches que personne ne peut te décrire ton avenir. Il dépend en partie de toi et pas de charlatans qui font leur beurre de leurs "prédictions". Je ne te connais pas Lilou, mais si tu as des problèmes existentiels, un mal-être, des soucis, va plutôt consulter un psychothérapeute. Les pseudo-voyants sont des malfaisants. Redescends sur terre !

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.