Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

FC Nantes Pascal Praud : "La Beaujoire, terre de feu"

0 24.09.2014 13:53
Pascal Praud a toujours beaucoup d'estime pour la maison jaune.

Pascal Praud a toujours beaucoup d'estime pour la maison jaune.

Archives PO

"Troisième match à domicile pour le FC Nantes et troisième victoire contre Nice (2-1) après les succès face à Lens (1-0) et Montpellier (1-0). La Beaujoire est une terre imprenable". Sur son blog, il y a trois jours, le journaliste nantais et ancien directeur général délégué du FC Nantes, a fait l'éloge des Canaris.

Voici l'article de Pascal Praud :

"Je ne suis plus retourné au Stade de la Beaujoire depuis un triste soir de février 2010. Le FC Nantes se morfondait en Ligue 2,  battait Bastia ce samedi-là et La Beaujoire sonnait le creux. Je quittais le club après une expérience désastreuse de deux ans qui m’avait éloigné des salles de rédaction et rapproché des atmosphères de vestiaire. Je pense souvent à  ces deux années manquées car je sais que l’échec est une école. On a raison de dire qu’on apprend davantage quand les choses tournent mal. A condition de ne pas traverser la vie qu’avec des revers. Je ne suis plus retourné au Stade depuis 2010 malgré les invitations de Waldemar Kita. Je lui réponds à chaque fois que ce n’est pas ma place, qu’il faut laisser du temps au temps, que je me sentirai mal à l’aise. Je ne me vois pas débarquer dans une tribune et croiser des regards hostiles. C’est le jeu du foot. Les supporters n’ont pas aimé cette période à laquelle je suis associé. A tort ou à raison, ils me tiennent responsable du bilan".

"Le FC Nantes ne gagnera pas le titre au printemps 2015 mais les supporters chanteront jusqu’au mois de mai"

"Je regardais ce samedi le FC Nantes gagner contre Nice (2-1) et j’entendais les jeunes nantais célébrer la victoire, chanter leur plaisir, encourager leur équipe. La Beaujoire fait le plein (ou presque) tous les quinze jours et le bonheur descend des tribunes. J’ai connu le public nantais pendant vingt ans applaudir du bout des doigts les titres de champions de France, rester de marbre quand l’équipe passait des valises aux adversaires. On venait à la Beaujoire comme on écoutait l’opéra, entre gens bien élevés, sans cris, ni débordements. Aujourd’hui que le club ne joue plus les trois premières places du classement, l’ambiance est électrique. Allez comprendre ! C’est au fond assez simple. Les supporters n’ont pas connu hier. Aucune nostalgie ne contamine leur présent. Aucun « c’était mieux avant » ne gâche leur plaisir. A partir d’un certain âge, on ne vit que pour regretter. Les moins de vingt ans n’ont pas ce désir. Ils profitent, ils s’amusent et ils ont bien raison.

« Dix points en six journées, c’est très très bien. Ça donne de la confiance à notre équipe, qui est difficile à bouger aussi », s’est réjoui l’entraîneur Michel Der Zakarian. La victoire de Nantes contre Nice est logique : les Jaunes ont dominé, multiplié les attaques, cadrés de nombreuses frappes.  Nice s’en sort bien tant le bateau a tangué en début de deuxième mi-temps. Jordan Amavi contre son camp (déviant une tête de Papy Djilobodji)  et Etay Schechter sont les buteurs du soir. Le FC Nantes ne gagnera pas le titre au printemps 2015 mais les supporters chanteront jusqu’au mois de mai".

 

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.