Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Football Les confidences de Claude Simonet avant l'assemblée de la FFF à Nantes

1 19.06.2015 23:49
Claude Simonet montre une photo de lui avec l'actuel patron de la FFF, Noël Le Graët, après la Coupe du monde 1998

Claude Simonet montre une photo de lui avec l'actuel patron de la FFF, Noël Le Graët, après la Coupe du monde 1998

Photo PO - Denis Bourdeau

 L'assemblée de la Fédération française de football se tient à Nantes, ce samedi 20 juin sous la présidence de Noël Le Graët. Presse Océan a rencontré l'Orvaltais Claude Simonet, qui a tenu les rênes de la FFF de février 1994 à février 2005.

Dans un entretien à lire dans les colonnes du quotidien Presse Océan, l'ancien vice-président du FC Nantes a évoqué les grandes heures vécues en tant que patron mais aussi les moments difficiles traversées.

Voici également en exclusivité sur internet ce que dit Claude Simonet sur les soupçons de pots-de-vin versés pour l'attribution du Mondial 98 en France : « Le dossier de candidature a été déposé par Jean Fournet-Fayard, l’un de mes prédecesseurs, à la fin des années 80. J’ai été élu le 19 février 1994, alors que le choix d’attribuer la Coupe du monde 1998 a eu lieu en 1992. Le comité de candidature, devenu par la suite le comité d’organisation, comprenait dans ses rangs des personnalités comme Fernand Sastre et Michel Platini, des gens au-dessus de tout soupçon. Je ne les vois pas donner de l’argent pour avoir la Coupe du monde… Je suis devenu trésorier de la FFF en 1993 et jamais, je n’ai vu passer des demandes de versements à des fédérations étrangères. Et sous ma présidence non plus. Je suis un peu abasourdi par tout ça. »

 Au sujet du soutien de l'actuel président de la FFF, Noël Le Graët, au président de la FIFA pour qui il a voté lors du dernier congrès, Claude Simonet est catégorique : « Je crois que j’aurais fait la même chose que Noël Le Graët. M. Blatter est un homme très intelligent, très cultivé. Pour qu’il se représente à 79 ans, à un âge assez avancé - ça, c’est peut être une erreur, en revanche, - il ne devait pas s’attendre à un tel cataclysme. Dans cette affaire-là, il faut laisser faire la justice américaine et suisse. Si M. Blatter est reconnu coupable, il sera puni. Mais il n’a pas donné sa démission immédiatement. Il a ditqu’il donnerait sa démission lors du prochain congrès. Cela signifie, peut-être, qu’il se donne du temps pour assurer sa défense ou éventuellement régler des comptes. Comme me disait toujours mon père, il ne faut jamais juger les gens avant la justice. Laissons les gens travailler, sans a priori. »

Lire la suite dans le quotidien Presse Océan du samedi 20 juin

 

Commentaires (1)

Le Blatter français
breslau54 sam, 20/06/2015 - 07:51

On se souvient encore des 55.000 € passés en notes de frais par Claude Simonet lors de son (court) séjour au mondial 2002 en Asie. Les états d'âme de ce monsieur n'intéressent personne.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.