Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Futur aéroport Riverains de la ZAD : "4 ans qu'on ne vit plus" [LONG FORMAT]

3 17.07.2015 20:24
Un couple d'agriculteurs de Vigneux raconte son quotidien à proximité de la ZAD.

Un couple d'agriculteurs de Vigneux raconte son quotidien à proximité de la ZAD.

PO/L.Be.

Un couple d'agriculteurs de Vigneux qui a vécu l'expropriation explique son quotidien de riverains de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Parce qu'ils souhaitent que cessent les "vols, agressions et effractions" contre leurs biens.

Jean-Luc* et Céline* sont les premiers concernés par la décision rendue par le tribunal administratif aujourd'hui de rejeter les recours contre le projet d'aéroport.

Agriculteurs expropriés de la ZAD mais toujours en activité sur ce qui leur reste de terres depuis quatre ans, proches de la retraite, ils ont accepté de témoigner de leur quotidien pour être enfin entendus.

Ils racontent leur réalité à eux : des vols, des agressions, des effractions, du squat et des menaces subies dans un climat de relative impunité. "Déjà, commence Jean-Luc, l'expropriation c'est une fracture par rapport à notre entreprise car on l'a vécu quand même comme une blessure. et depuis, les choses ne font qu'empirer. Mais après ce choc, on n'a pas pu faire notre deuil. (...) Depuis quatre ans, on ne vit plus quoi ! On est sans cesse sur le qui-vive, on n'arrive pas à se projeter dans l'avenir."

* Prénoms d'emprunt

Une entretien Presse Océan à visionner ici :

 

A lire dans Presse Océan du samedi 18 juillet, notre dossier complet sur la décision du tribunal et ses conséquences.

Commentaires (3)

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.