Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Grand Ouest Les migrants arrivaient au Mans : une filière kurde très organisée

0 18.10.2016 15:17
Les migrants étaient acheminés sur les aires de l'A28 pour prendre place dans des camions.

Les migrants étaient acheminés sur les aires de l'A28 pour prendre place dans des camions.

Photo archives "Le Maine Libre" Denis Lambert

Mardi 11 octobre, de très nombreux effectifs de forces de l'ordre ont opéré un vaste coup de filet en Sarthe.

Neuf personnes ont été interpellées dans l'agglomération du Mans. Elles sont suspectées d'avoir organisé ou participé à une filière d'immigration clandestine à destination de l'Angleterre. Quatre ont été mises en examen et écrouées vendredi dernier.

Selon la Juridiction interrégionale spécialisée de Rennes, les migrants arrivaient du Calais et de Dunkerque et étaient logés par une équipe logistique dans la région du Mans. La nuit, un véhicule les prenait en charge et les conduisait vers les aires d’autoroute entre Dissay-sous-Courcillon et l’aire des Haras (61), sur l'A28.

Les migrants embarquaient alors à l’intérieur de camions frigorifiques, à l'insu des chauffeurs, via une échelle télescopique, pour enfin rejoindre le Royaume-Uni. Selon les estimations les plus basses, au moins 550 migrants ont été pris en charge par ce réseau.

L’opération de mardi dernier a d’abord permis d’interpeller un passeur de retour d’un périple sur les aires de l’A28 puis, dans l’agglomération du Mans, d’arrêter huit individus dont deux têtes du réseau.

Selon les informations du Maine Libre, les organisateurs du réseau sont des Kurdes de nationalité turque ou irakienne.

Deux des chefs ont été arrêtés : un entrepreneur sarthois du BTP, qui habite l'agglomération mancelle, et le chef des passeurs qui acheminait les migrants du nord vers Le Mans.

Ce dernier était en lien direct avec l'Angleterre. Les autres personnes placées en détention sont un passeur et un deuxième homme installé en Sarthe : il fournissait une partie de la logistique locale.

Les migrants sont également kurdes et viennent notamment de pays en guerre (Syrie, Irak).

« Il faut bien faire la différence entre ceux qui sont impliqués dans le réseau par solidarité pour la communauté et les autres », souligne une source proche de l'enquête.

« Certains font ça plus ou moins bénévolement alors que d'autres font ça pour l'argent et en ont même fait leur activité principale. Il y a des enjeux financiers très importants. »

Retrouvez l'enquête exclusive, ainsi que des témoignages, ce mardi dans « Le Maine Libre ».
A lire également sur ordinateur, tablette et smartphone 

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.