Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Grève des infirmières aux urgences gynéco-obstétriques

0 26.07.2014 14:03
Les infirmières rejoignent les sages-femmes et les aides soignantes en grève depuis plus d'un mois. Photo PO-ED

Les infirmières rejoignent les sages-femmes et les aides soignantes en grève depuis plus d'un mois. Photo PO-ED

Depuis jeudi, les infirmières du service des urgences gynéco-obstétriques du CHU sont en grève. Une mobilisation plutôt discrète mais qui a son importance.
La direction du CHU de Nantes souhaite qu’un demi-poste d’infirmière soit supprimé aux urgences gynéco-obstétriques (UGO) pendant la nuit. Ce projet qui doit voir le jour en janvier 2015, signifie que de 12 h de temps de travail, les infirmières passeront à 10 h. « Il n’y aura plus d’infirmières entre 6 h et 8 h du matin. Il y aura seulement une aide-soignante et une sage-femme », explique Sylvie Moisan, secrétaire du syndicat Force Ouvrière. Selon la direction, « ce temps de nuit supprimé doit être basculé en heures de nuit supplémentaires sur le bloc obstétrique, pour assurer une meilleure adéquation des moyens entre l’activité et la présence infirmière ».

Le service gynéco-obstétrique n'est pas le seul a être confronté à des problèmes. La CGT a adressé un courrier à Johanna Rolland, le 24 juillet dernier pour l'alerter sur l'augmentation des arrêts maladies au CHU. En cause, la pression au travail. Dans la lettre, la CGT précise: « Il est comptabilisé plus de 10 000 jours d’arrêts maladie entre 2012 et 2013, soit 127 000 jours pour simplement les maladies ordinaires […] Entre 2007 et 2013, le chiffre des jours d’arrêts a doublé. Ce ne sont pas moins de 7 % d’augmentation par rapport à 2013 sur le 1er semestre 2014 ».

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.