Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Histoire Un détenu abattu au sein de la prison militaire de Nantes

0 30.05.2015 11:56
La une du Petit Parisien du 6 mai 1900

La une du Petit Parisien du 6 mai 1900

Collection privée

En avril 1900, un jeune soldat breton qui purgeait une peine de prison était abattu dans sa cellule de la prison militaire de Nantes par le gardien chef.

Il y a 115 ans, le 16 mai 1900, le sergent-major Benedetti, surveillant chef à la prison militaire de Nantes comparaissait devant les juges du conseil de guerre pour avoir abattu un détenu dans sa cellule. Quelques jours plus tôt, le sergent-major entrait dans la cellule d'un jeune soldat du 19e de ligne, Pierre Le Bellec, originaire des Côtes du Nord et détenu à la prison militaire de la Mitrie pour une peine légère, précise la presse de l'époque. Mais Le Bellec, vivant mal son incarcération, avait adressé à ses supérieurs une lettre qualifiée de grossière, ce qui eut pour effet d'augmenter sa peine de quinze jours. « C'est au moment où le sergent-major Benedetti se présentait à sa cellule pour le mettre aux fers que Le Bellec se précipita sur lui et lui lança avec force la cruche qu'il tenait à la main et qui se brisa en le blessant profondément au front par ses éclats », explique Le Petit Journal, dans son édition du jeudi 6 mai 1900. « Benedetti, à moitié aveuglé par le sang qui coulait de sa blessure, saisit son revolver et tira sur lui à bout portant. Le Bellec tomba raide mort », conclut le journal.

Acquitté

Le 16 mai 1900, les journaux annonçaient finalement l'acquittement, à l'unanimité, par le conseil de guerre du sergent-major Benedetti...

 

Lire dans Presse Océan du dimanche 31 mai 2015

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.