Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Incarcéré en Bolivie, Jean-Paul Blancho, père de Fannie, témoigne

0 20.06.2013 09:10
Mardi après-midi à La Paz, les médias boliviens accueillent Jean-Paul Blancho et son avocat à leur sortie du tribunal

Mardi après-midi à La Paz, les médias boliviens accueillent Jean-Paul Blancho et son avocat à leur sortie du tribunal

Photo AFP

Jean-Paul Blancho, père de Fannie, disparue en Bolivie en 2010 avec Jérémie Béllanger, avait été arrêté lundi à l'aéroport de La Paz. Les autorités boliviennes lui reprochaient de transporter des médicaments anxiolytiques considérés comme des produits stupéfiants en Bolivie, ce qui lui a valu une incarcération avec quatre heures de prison. Il a finalement été libéré à 17 h ce mardi à La Paz (23 h en France).

Jean-Paul Blancho et son épouse Maryline étaient en Bolivie pour assister au procès des meurtriers présumés de leur fille. Fannie Blancho et Jérémie Bellanger ont disparu depuis l'été 2010 alors qu'ils voyageaient à travers l'Amérique du sud. Vraisemblablement victimes d'un crime crapuleux, le procès de leurs meurtriers présumés devrait se tenir cet été.

Joint par Presse Océan à La Paz mardi en fin de soirée, Jean-Paul Blancho témoigne sur ce dernier rebondissement venu s'ajouter au calvaire de la famille.

Presse Océan : Que s’est-il passé à l’aéroport de La Paz ?
Jean-Paul Blancho : « Une grosse tuile nous est tombée dessus. Je rentrais en France avec ma femme quand la police nous a demandé de sortir de l’avion. Tout cela à cause de trois malheureuses boîtes de médicaments dans ma valise. »

Pourquoi cet acharnement ?
« Je ne crois pas à la thèse du complot. J’ai juste eu affaire à des fonctionnaires butés. »

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jean-Paul Blancho aujourd'hui, jeudi 20 juin, dans les colonnes de Presse Océan.

 

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.