Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Justice Il menace des agents de la Tan: "Toi, je vais te cramer les cheveux"

0 29.07.2014 14:58
Un Nantais de 38 ans a été condamné pour avoir agressé des agents de la Tan.

Un Nantais de 38 ans a été condamné pour avoir agressé des agents de la Tan.

Archives PO

 Un homme, au comportement étrange, a été condamné à un an de prison ferme, lundi, à Nantes.

Le casier de ce Nantais de 38 ans est si long que la présidente du tribunal correctionnel de Nantes renonce à en donner lecture. Elle a rarement vu cela : 52 condamnations s’étirent sur 20 pages, noircies de vols et de violences. Autant dire qu’il ne s’est pas écoulé une année sans que le prévenu ne se retrouve devant un tribunal.

Ce lundi, il a dû s’expliquer sur des violences commises sur des agents de la Tan, les 2 et 3 juillet derniers, près de Commerce. Au premier acte, le prévenu, abîmé par la rue et l’alcool, lance une bouteille de bière, qui atterrit sur un agent de contrôle. Et puis, « il file droit sur moi et me donne un coup sur l’épaule avec le plat de la main », raconte une jeune femme, qui attendait sa collègue, à ce moment-là.   

Le lendemain, alors qu’elle est en pause, avec des collègues, elle entend « un bruit de briquet qu’on allume » dans son dos. Elle entend une voix aussi : « Toi, je vais te cramer les cheveux ».  Ses collègues repoussent l’inquiétant passant… qui leur crache alors au visage. 

« La veille, je n’avais pas déposé plainte », explique la victime à la barre. « Mais il faut comprendre… On est sous tension pendant tout le service. Si on vient encore nous agresser pendant nos pauses, notre travail devient très, très compliqué ».  

Dans le box, le prévenu a un drôle de comportement. Il reconnaît des insultes. Pour le reste « elle se trompe de personne ». Il ajoute : « Aujourd’hui, ils portent plainte pour un oui ou pour un non ». Il sourit bizarrement. Vous fixe sans vous voir. Il s’emporte aussi. L’expert psychiatre, pourtant, n’a relevé qu’une grande impulsivité. Rien d’autre.  

Lundi, son casier s’est encore alourdi. Il a été condamné à huit mois de prison ferme, auxquels viendront s’ajouter quatre mois ferme de sursis révoqués. « Ah, ça fait 12 mois ferme, donc », calcule-t-il à voix haute avant de repartir entre deux escortes, un étrange sourire au coin des lèvres. Le procureur avait requis deux ans de prison dont un avec sursis mise à l’épreuve.  

Anne-Hélène Dorison

 

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.