Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

La Baule Aérodrome : les pins trop hauts seront abattus d'ici trois ans

0 15.04.2017 15:36
Les pins sont trop hauts pour les règles de sécurité de l'aviation civile

Les pins sont trop hauts pour les règles de sécurité de l'aviation civile

S. Le Hesran

Les pins devenus trop hauts en bout de piste de l’aérodrome d ‘Escoublac seront abattus d’ici 3 ans. Mais ils seront remplacés par des châtaigniers
La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avait lancé l’alerte en 2012 puis relancé la Ville en 2015 pour couper ces arbres directement sur l’axe du trafic aérien. Mais ces pins  sont les témoins d’une pratique mise en place pour sensibiliser les plus jeunes à la préservation de l’environnement. Chaque année, entre 1992 et 1995, les enfants des écoles bauloises y plantaient « leur sujet».
L’espace vierge tout proche de la forêt d’Escoublac est désormais très arboré et de surcroît se trouve dans une zone classée où toute coupe et arrachage sont soumis à déclaration.
Philippe Gervot, adjoint à l’environnement, proposera ces prochains jours une solution à la fois à l’aviation civile et aux habitants d’Escoublac. « La décision n’est pas encore finalisée mais il s’agirait de lancer sur trois ans un plan d’abattage de ces arbres et de leur remplacement par des châtaigniers ». L’avantage de cette essence est qu’elle peut être facilement taillée et que ces coupes, « pourront être utilisées pour fabriquer des poteaux par exemple ».
Si elle est actée, cette solution sera prochainement présentée à la commission consultative d’Escoublac. Un moindre mal pour une ville qui a fait de la protection des arbres son credo et qui doit aussi, « prendre en compte l’attachement de ceux qui, lorsqu’ils étaient enfants, ont planté ces arbres et acceptent mal de les voir coupés ».

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.