Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

La Maison de la Poésie organise ce jeudi 13 février « À suivre.. »

0 12.02.2014 20:06
Née à Genève où elle réside, Isabelle Sbrissa se consacre à la poésie depuis 2010

Née à Genève où elle réside, Isabelle Sbrissa se consacre à la poésie depuis 2010

Sous le titre « À suivre… », la Maison de la Poésie de Nantes invite de jeunes talents, soulignant sa volonté de découvrir et faire découvrir. ne  découverte de nouvelles voix avec Marie de Quatrebarbes et Isabelle Sbrissa. Cette nouvelle soirée, présentée par Géraldine Huchet et Roland Cornthwaite aura lieu au Pannonica, quartier Talensac à Nantes.

Née à Genève où elle réside, Isabelle Sbrissa se consacre à la poésie depuis 2010, après avoir écrit pour le théâtre. Ses premiers textes détournent les procédures de traduction en inventant toutes sortes de passages d’une langue à l’autre, y compris du français vers le français. Elle met ainsi entre parenthèse le sens des mots pour leur “ouvrir” d’autres voies, parfois jusqu’à l’absurde et dans une jubilation de la langue. Articles de presse, recettes de cuisine, comptes-rendus médicaux, constituent certains de ses matériaux favoris dans cette opération de mutation littéraire, réunis dans le recueil Poèmes poèmes (éd. Disdill, 2013). Elle sera également ce jeudi de 17h10 à 18h  dans la chambre 108 de l'hôtel Pommeraye, pour une rencontre en toute intimité en direct dans l'émission "Dans les draps des mots", sur AlternantesFM.

Marie de Quatrebarbes est née en 1984, elle vit à Paris. Elle a publié des textes poétiques dans plusieurs revues et Les pères fouettards me hantent toujours (éd. Lanskine, 2012). Elle y déroule un récit par bribes d’une jeunesse et d’un corps menacés par un mystère, une ombre non dévoilée. Par contraste de formes classiques comme l’alexandrin qui côtoient des phrases cinglantes, le lecteur se voit dérouté dans ses repères, et dans une inquiétante tension. En 2013, elle publie Transition pourrait être langue (éd. Les Deux Siciles), dans lequel elle questionne les limites de la possibilité d’un récit, par des vers morcelés, des “miettes”, les “débris” d’une histoire passée.

PRATIQUE

19h30 au Pannonica

9 rue Basse-porte.

Tarif : 3 €, RSA / abonnés : gratuit

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.