Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Les Sorinières Il joue à cache-cache avec les gendarmes... et perd

0 28.09.2015 19:45
Les gendarmes ont interpellé le suspect alors qu'il se dissimulait dans une haie.

Les gendarmes ont interpellé le suspect alors qu'il se dissimulait dans une haie.

Illustration Presse Océan

Les gendarmes de la compagnie de Rezé ont interpellé un mineur de 17 ans soupçonné de vols par effraction. Il tentait de les semer à travers les jardins d'un quartier résidentiel, aux Sorinières, au sud de Nantes.

Tout est parti du « réflexe citoyen » d'un habitant des Sorinières. Hier matin, il assiste au manège suspect de deux hommes dans une zone pavillonnaire. Il compose le 17. Une patrouille de la brigade de Vertou se rend sur place. Mais à la vue des uniformes, les suspects prennent la poudre d'escampette dans deux directions opposées. Les gendarmes se focalisent sur l'un d'eux.

Commence alors une course-poursuite, à pied, à travers les jardins. Rue des Lauriers, des Glycines, des Hortensias... Le fuyard fait tout pour semer les militaires. Ces derniers reçoivent les renforts du peloton de surveillance et d'intervention, du groupe d'enquête et de lutte contre les cambriolages et de la brigade des recherches. En tout, plus de vingt gendarmes, en tenue ou en civil, forment la souricière.

À 12 h 15, après 45 minutes de cache-cache, ils retrouvent le suspect dissimulé dans une haie. Ils mettent aussi la main sur un tournevis et un sac à dos rempli de bijoux volés dans deux pavillons du quartier… le matin même.

Le suspect, 17 ans, est sorti de garde à vue avec un rendez-vous devant le juge.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.