Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Les Sorinières Sa remorque s'était détachée, une femme avait été tuée : relaxé

0 13.08.2014 18:07
Me Olivier Méchinaud était l'avocat du conducteur.

Me Olivier Méchinaud était l'avocat du conducteur.

Photo PO-Anne-Hélène Dorison

Le terrible accident s'était produit le 13 septembre 2013, peu après 14 h, aux Sorinières.

La remorque que tirait un camion utilitaire s'était détachée en route. Une première voiture avait pu l'éviter. Mais dans la Citroën Saxo qui se trouvait juste derrière, une femme femme de 27 ans avait été tuée et sa passagère blessée.

Le conducteur, lui, ne s'était aperçu de rien. Il avait roulé 20 kilomètres encore, avant de s'apercevoir que la remorque s'était détachée et de faire demi-tour sans imaginer le drame qui venait de se nouer. Cet accident pouvait-il avair été causé par un problème technique ou par une erreur humaine ?

Ce mercredi, à Nantes, un jeune artisan de 26 ans répondait d' "homicide involontaire par imprudence ou négligence". En clair, il était soupçonné de ne pas avoir correctement fixée la remorque, qu'il avait louée dans le cadre de son travail. Un expert judiciaire avait considéré qu'un mauvais enclenchement de l'attelage avait pu causer l'accident. Mais le jeune homme, pourtant, avait parcouru plus de 20 km avec le même attelage, avant qu'il ne se détache, ce jour-là.

Le tribunal a considéré que "la conviction technique ne conduisait pas à la certitude juridique" et que "la faute" n'était "pas absolument démontrée dans ce dossier."

Le jeune conducteur, assisté par Me Olivier Méchinaud, a finalement été relaxé.

Le procureur avait requis un an de sursis avec mise à l'épreuve pendant 18 mois et une suspension de permis pendant un an.

Lire le compte-rendu d'audience dans Presse Océan jeudi 14 août

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.