Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique Aéroport de Notre-Dame-des-Landes: à un cheveu du moratoire

5 03.04.2014 11:00
Selon le député François de Rugy, le Premier ministre Manuel Valls était prêt à acter un moratoire sur l'aéroport.

Selon le député François de Rugy, le Premier ministre Manuel Valls était prêt à acter un moratoire sur l'aéroport.

ARCHIVES PRESSE OCEAN-NATHALIE BOURREAU

Le député écologiste François de Rugy enrage que son parti ait raté le coche en refusant, mardi, de piloter un grand ministère de l’Écologie au sein du gouvernement Valls: « Lors des discussions, Manuels Valls a lui-même mis le sujet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes sur la table, affirme-t-il. Il était prêt à faire des concessions, je pense que le terme de moratoire aurait été acté si nos échanges s’étaient poursuivis. C’est une occasion manquée. Désormais, on est encore réduit à se poser des questions alors que l’on aurait des réponses. »

Garanties

Les représentants écologistes deux groupes parlementaires - Assemblée nationale et Sénat - étaient majoritairement résolus à poursuivre leur action au sein du gouvernement, assène-t-il. Le bureau exécutif du parti a finalement mis son veto. Les regrets nourris par François de Rugy sont d’autant plus amers que « les discussions engagées mardi avec Manuel Valls étaient fructueuses et intéressantes. On nous a donné des garanties, un calendrier, un contenu notamment sur le dossier de la transition écologique. Et puis il y avait l’aéroport (…) Sur la base des assurances données par le Premier ministre, nous aurions dû continuer à participer au gouvernement tout en veillant au respect des promesses faites. Dans un délai de trois mois, nous aurions pu évaluer les progrès enregistrés et la pertinence de notre action, en soumettant au débat la question de notre participation via un référendum militant. »

Sympathisants "troublés"

Le député de Loire-Atlantique, coprésident du groupe EELV à l’Assemblée nationale, parle d’une « occasion manquée » et d’« un très mauvais choix » fait par ses collègues EELV. Les plaies sont à vif. « Les sympathisants sont très troublés. Nos électeurs veulent que l’on agisse, que l’on mette les mains dans le cambouis. Avoir un écologiste au ministère de l’Ecologie, c’est la meilleure garantie de bien traiter ce domaine. On tenait enfin l’occasion d’avoir un poids beaucoup plus important en la matière. »

François de Rugy souligne encore que « le choix de la participation des écologistes au gouvernement avait fait l’objet de votes en conseil national en 2011 et 2012. Evidemment, durant les deux années écoulées, cela n’a pas été facile tous les jours pour les ministres écologistes d’être au gouvernement. Qu’il y ait un problème de confiance, c’est évident. Mais on a toujours pensé que l’on faisait mieux avancer les choses de l’intérieur qu’en dehors du gouvernement. »

Désertion

Et d'enfoncer le clou: « Quand on marque un essai, comme aux municipales, il faut tout faire pour le transformer. Or, là, certains ont fait le choix de déserter et de retourner sur le banc de touche ou pire, de rejoindre la travée des spectateurs. »

"Il ne se passera plus rien sur le terrain durant le quinquennat"

Quelle est la position d'autres élus écologistes du département? À défaut de fêter l’avènement d’EELV à la tête du ministère de l’Écologie, Ronan Dantec, sénateur nantais, salue la nomination de la socialiste Ségolène Royal. « Manuel Valls Premier ministre, c’était un mauvais signal. Royal à l’Écologie, c’est un bon signal. Son plan en faveur du photovoltaïque en Poitou-Charentes (Ndlr : région dont elle assurait la présidence) est positif. Et elle s’est prononcée pour un moratoire sur le dossier de Notre-Dame-des-Landes… »  Une semaine après l’accord conclu entre les socialistes et les écologistes à Nantes pour remporter le scrutin municipal, Ronan Dantec estime que le retour de Ségolène Royal au premier plan sonne « comme un coup de grâce » pour l’aéroport. Et tranche : « C’est le signal qu’il ne se passera plus rien sur le terrain durant le quinquennat de François Hollande ».

Jean-Philippe Magnen, vice-président EELV de la Région des Pays de Loire, souscrit au choix de son parti de sortir du gouvernement et parle d’une « décision cohérente face à l’incohérence du message délivré par le Président François Hollande », estimant qu’avec la nomination de Manuel Valls, « l’attente de justice sociale n’est pas au rendez-vous ». Quant à la nomination de Mme Royal, « en soi, ce n’est pas une mauvaise nouvelle. Elle a des convictions en matière d’écologie mais si nous avons des positions opposées en matière de fiscalité écologique. Le temps de juger les recours, le projet d’aéroport va prendre deux à trois ans de retard. C’est l’occasion de remettre à plat le dossier… »

Dossier à retrouver ce jeudi dans Presse Océan.

Commentaires (5)

Affirmations gratuites ...
GEORGIO47 jeu, 03/04/2014 - 15:46

@Cyril : Affirmations gratuites et dénuées de tout fondement ;
je vous cite : "Ce projet d'aéroport représente pour une minorité d'investisseurs une source illusoire de créations d'emplois ....ca passe par des prises de décisions prises par la majorité des PME et non par un club très sélect ".
On ne peux que constater votre inculture ou au minimum votre méconnaissance en matière d'entreprise et de PME ... A titre d'information la CGPME des pays de loire a réalisé un sondage auprès de ses adhérents par un cabinet indépendant ....et +de 95% ont exprimés un avis favorable a l 'aéroport avec des retours positifs pour eux ....Vous appelez cela un club select...!!!!. comme toutes les autres organisations lièes a l'entreprise, a l'économie de notre territoire , a la création d'emplois ( CJD , Réseau entreprendre , Medef etc ....) adherents majoritairement favorables(a +de 90% ) a cet aéroport ...
C'est vrai aussi.... que certains de vos "amis" ...se sont "organisés " pour déstabiliser les entreprises et en particulier les PME susceptibles d'intervenir sur les chantiers de l'Aeroport ! Triste réalité ....

Le pôvre de Rugy se voulait
observateur44 jeu, 03/04/2014 - 13:25

Le pôvre de Rugy se voulait être l'écologiste parmi les siens, le plus socialo-compatible après la première réunion avec Valls. .... Curieux que celui qui doit tout à JMA devienne tout à coup plus coopératif avec son successeur ...( à méditer). Malheureusement pour lui son rêve de "maroquin" dut s'évanouir dans le chaos écolo habituel. Et quand on y regarde de près, entre lui et Ségolène Royal... il n'y a pas photo, l'écologie n'est pas perdante, seuls les écolos EELV se tirent une balle dans le pied.

Il faudrait surtout un
Cyril jeu, 03/04/2014 - 12:33

Il faudrait surtout un moratoire sur l'économie bretonne et ligérienne ; car le projet d'aéroport représente pour une minorité d'investisseurs une source illusoire de création d'emplois.
ça passe tout d'abord par des prises de décisions prises par la MAJORITE des PME et non par un club très sélecte.

Il est aussi grand temps de remettre à plat les investissements liés dans l'agriculture porcine dont 80% de la production est liée à l'export hors de la région Bretagne, de revoir les aides accordées aux céréaliers au détriment des producteurs.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.