Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique En 2016, moins de cambriolages mais plus de violences

0 24.01.2017 21:18
Les cambriolages ont baissé l'an passé.

Les cambriolages ont baissé l'an passé.

Photo CO

Ce mardi matin,  le préfet de Loire-Atlantique a présenté le "bilan de la déliquance" de l'année 2016. Les cambriolages sont en baisse, mais les faits de violence, eux sont en hausse.

 

L'an passé, 10 400 cambriolages ont été recensés en Loire-Atlantique (soit 420 faits de moins qu'en 2015).

Les vols dans les voitures, en revanche, ont augmenté. Tantôt, des sacs à mains, GPS et autres téléphones y ont été dérobés. Tantôt, les voleurs, qui travaillent parfois sur commande, ont emporté une pièce bien particulière (pare-chocs, pot catalytique, rétroviseurs...)

Autre motif de "satisfaction" pour les autorités : les atteintes à l'intégrité physique des personnes elles aussi, ont baissé (-2, 9%).  Mais dans le détail, l'on observe que les violences dites crapuleuses (entendez suivies d'un vol), elles, augmentent fortement (de 8,2%, en l'occurence). 

Les différents services de police et de gendarmerie font le même constat : "Les mineurs sont de plus en plus souvent impliqués". Ils représentent notamment un tiers des mis en cause dans les affaires d'atteintes aux biens, en Loire-Atlantique. 

L'année 2016 a également été marquée par les manifestations sociales d'un côté, et la prévention des actes terroristes de l'autre, qui « ont mobilisé les forces de l'ordre et grevé leur capacité à lutter contre la délinquance courante », a tenu à rappeler le préfet, Henri-Michel Comet. 

Par ailleurs, depuis l'activation de l'état d'urgence en novembre 2015, 58 perquisitions administratives ont été  menées dans le département. Elles ont donné lieu à 20 gardes à vue. Aucun suspect n'a été poursuivi pour des faits de nature terroriste.

Depuis juin 2015, la cellule départementale de veille a traité « 300 signalements de radicalisation ». "Mais attention", prévient le directeur de cabinet, Laurent Buchaillat : "Qui dit signalement ne dit pas personne radicalisée". Selon lui, parmi les cas signalés, seule « une infime minorité de cas de suspiçion de radicalisation violente ou de départ à l'étranger sont avérés». 


Plus d'informations dans Presse Océan mercredi 25 janvier 2017


 

                  

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.