Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique Frelon asiatique : l'invasion continue

2 07.08.2014 09:55
Sylvain, de la société SOS Abeilles guêpes frelons 44

Sylvain, de la société SOS Abeilles guêpes frelons 44

PO NB

Le frelon asiatique prolifère, surtout dans la périphérie nantaise. Les nids doivent être détruits rapidement.

Ils ont failli ne pas le voir. Quartier Gachet à Nantes, dans le local attenant à une maison, les frelons asiatiques se sont installés en passant par une tuile déplacée. Ni une ni deux : après quelques vérifications sur internet, le propriétaire a appelé une entreprise spécialisée. « On aurait pu attendre l’hiver, les frelons seraient partis du nid et c’était bon. Mais on ne voulait pas prendre de risques pour nos locataires et si on laisse le nid, les reines vont proliférer ailleurs ».

En quelques minutes, le nid encore assez petit n’est qu’un mauvais souvenir. « J’ai commencé à m’occuper des frelons asiatiques il y a six ans. J’ai dû détruire les premiers nids de la région nantaise », explique Sylvain, l’intervenant de la société orvaltaise SOS Abeilles guêpes frelons 44 (contact : 06 64 54 22 77). « J’ai réalisé deux, trois interventions la première année et depuis, ça augmente toujours » calcule-t-il.

Le « tueur d’abeilles » est apparu en France en 2004 dans des poteries chinoises. Depuis, les chiffres parlent d’eux-mêmes. En 2011, 129 nids ont été signalés à la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON). 822 en 2013.

 

Notre enquête et le point de vue des apiculteurs et spécialistes à lire ce jeudi dans Presse Océan (édition numérique téléchargeable en cliquant ici)

Lire aussi sur le même sujet

Commentaires (2)

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.