Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique Frigécrème : l'octogénaire nantaise devenue espagnole

0 13.09.2014 20:02
Dans les années 80, Frigécrème lance les boules de glace toutes faites

Dans les années 80, Frigécrème lance les boules de glace toutes faites

Capture écran INA

Propriété depuis 2008 du groupe espagnol Kalise Menorquina qui l'avait lui-même rachetée au Belge Ysco avant de la repositionner sur le marché de la restauration hors foyer, la marque de crèmes glacées  Frigécrème a pourtant vu le jour à Nantes il y a 80 ans.

Elle a été fondée en 1934 par les Decré, à laquelle Nantes doit également les grands magazins éponymes (actuelles Galeries Lafayette, rue de la Marne). Mais c'est Bernard Decré, le fils de Jules, qui après la guerre donnera à la marque ses lettres de noblesse. En 1976, 10 millions de litres de crèmes glacées sortait de son usine de St-Herblain. La marque qui en 1973-1974 sponsorisait une équipe cycliste sur le Tour de France, dont le leader n'était autre que le Hollandais Joop Zootemelk, est alors au zénith.

Dans les années 80, elle révolutionne le marché en lançant la vente de boules de glace toute faites, enfermées dans des capsules de plastique. Un produit lancé à grand renfort de slogans publicitaires percutant : "Les petites boules, j'en suis maboule".

Mais l'histoire herblinoise se terminera mal. Ravagée par un incendie, l'usine qui emplyait 384 salariés est fermée le 9 juin 1998 par le groupe Unilever, son nouveau propriétaire.

"Cette usine dérangeait la direction et sa destruction l'arrange", déclare alors le député-maire socialiste de nantes, un certain Jean-Marc Ayrault.

 

Plus d'informations dans Presse Océan du dimanche 14 septembre

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.