Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique Go-fast : les douanes saisissent près de 2 tonnes de cannabis

12 14.10.2015 19:07
Les douanes ont saisi 1,9 tonne de cannabis.

Les douanes ont saisi 1,9 tonne de cannabis.

Archives PO

Un go-fast transportant près de deux tonnes de résine de cannabis a été intercepté dans la nuit de mardi à mercredi sur l'autoroute A11 à Ancenis, et une personne a été interpellée, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

La drogue, saisie par les services douaniers de Nantes lors d'une opération de contrôle, était probablement destinée à approvisionner la région nantaise, selon cette source.

Vers 1 heure, les agents des douanes ont d'abord contrôlé un premier véhicule immatriculé en région parisienne, au péage d'Ancenis, sur l'A11, avant de voir arriver un deuxième véhicule, provenant de la même ville, qu'ils ont intercepté et dont le conducteur a été interpellé.

En cherchant sur l'autoroute des véhicules qui auraient pu convoyer la drogue, les douaniers ont trouvé sur une aire d'autoroute un petit camion, vide d'occupant mais contenant notamment 1,9 tonne de résine de cannabis.

Commentaires (12)

La drogue et vous !
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:49

(12) …« Page 19 - CE QUE LES DEALERS VOUS DIRONT
Lorsque des adolescents ont été interrogés pour savoir la raison de leur première prise de drogues, 55% ont répondu qu’ils l’avaient fait suite à des pressions de leurs amis. Ils voulaient être cool et populaires. Les dealers connaissent bien ça.
Ils vont vous approcher comme un ami et vous proposer de vous « aider» avec quelque chose qui « va vous remonter ». La drogue vous « aidera à rentrer dans le moule » ou « à avoir l’air cool ».
Les dealers, motivés par le profit, diront n’importe quoi pour que vous achetiez leurs drogues. Ils vous diront qu’en prenant de l’herbe, vous n’aurez pas besoin de prendre des drogues plus fortes.
Ils se fichent pas mal de savoir si les drogues détruisent votre vie, du moment qu’ils sont payés. Ils ne se soucient que de l’argent. D’anciens dealers ont admis qu’ils considéraient leurs acheteurs comme des « pions sur un échiquier ».
Obtenez les faits sur la drogue. Prenez vos propres décisions ».

Ce qu'on ne sait pas toujours sur le cannabis ...
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:46

(11) …« Page 16 - DERRIÈRE L’ÉCRAN DE FUMÉE.
La consommation de cannabis n’est pas seulement nuisible pour le fumeur. Elle peut devenir dangereuse pour la société.
Les recherches montrent clairement que le cannabis est susceptible de créer des problèmes au quotidien. Une étude portant sur 129 universitaires a révélé que chez ceux qui avaient fumé cette drogue pendant une période d’au moins 27 à 30 jours précédant l’enquête, les capacités d’attention, de mémoire et d’apprentissage avaient été sérieusement amoindries. Une étude menée sur des employés de services postaux a révélé que ceux qui avaient été testé positifs au cannabis avaient 55% d’accidents en plus, 85% de blessures en plus et un taux d’absentéisme supérieur de 75% à la moyenne.
Page 17 - En Australie, une étude a prouvé que la prise de cannabis était responsable de 4,3%
des accidents de voiture mortels.
Il est presque impossible de grandir sans être exposé à la drogue. La pression des copains pour inciter à prendre de la drogue est importante et il est difficile d’obtenir des informations honnêtes sur les risques liés à la drogue.
Beaucoup de gens vous diront que le cannabis n’est pas dangereux. Regardez bien qui vous dit cela. Est-ce que ce sont justement les personnes qui essaient de vous en vendre ?… »

Ne consommons pas trop de cannabis !
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:42

(10) …« Page 14 - SUR LA ROUTE DE LA DROGUE
Parce qu’une dépendance physique et surtout psychique s’installe, le cannabis peut amener les consommateurs à prendre des drogues plus fortes pour atteindre le même résultat. En effet, les gens prennent de la drogues pour se débarrasser de situations ou de sensations non désirées qui les avaient poussés à prendre du cannabis en premier lieu. Ce n’est pas le cannabis qui entraine la personne vers d’autres drogues : les gens prennent des drogues pour se débarrasser de situations ou de sensations indésirables. La drogue (cannabis)masque le problème pour un moment pendant que le consommateur est « en haut ». Quand il redescend, les problèmes et le malaise reviennent plus intensément qu’avant. Alors le consommateur se tourne vers des drogues plus fortes car le cannabis ne fait plus d’effet.
Page 15 - La grande majorité des consommateurs de cocaïne (99,9%) ont commencé par une « passerelle » comme le cannabis, les cigarettes ou l’alcool. Tous ceux qui fument du cannabis ne se tournent pas vers des drogues plus dures. Certains ne le font jamais. D’autres arrêtent le cannabis d’un coup. Mais d’autres passent à des drogues plus dures. Selon une étude américaine, les adolescents (12 à 17 ans) qui fument du cannabis ont 85 fois plus de chances de consommer de la cocaïne que les jeunes qui ne prennent pas de hasch, et 60% des jeunes qui ont fumé du cannabis avant 15 ans passent à la cocaïne.
Le cannabis est parfois mélangé avec des drogues plus fortes. Les joints peuvent être trempés dans du PCP liquide. Le PCP est une poudre blanche, également disponible sous forme liquide et souvent consommée avec le cannabis. Le PCP est un hallucinogène puissant, connu pour créer des comportements violents, qui entraîne des réactions physiques comme des crises cardiaques, un coma et même la mort… »

Consommer du cannabis ou non : voici de quoi réfléchir...
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:38

(9) Il faudrait que la France devienne les pays leader de la protection citoyenne contre le cannabis !
Des tonnes de stocks saisis et détruits, avec des peines de prison minimales !
En voici davantage sur les effets de cette drogues :
…« Page 12 - EFFETS À COURT TERME
- sensations altérées
- panique
- anxiété
- coordination insuffisante des mouvements
- réflexes amoindris
- après s’être senti mieux, le consommateur se sent endormi ou déprimé
- accélération du rythme cardiaque , et risque d’attaque (accident vasculaire cérébral ).
EFFETS À LONG TERME
- résistance aux maladies communes diminuées (rhumes, bronchites, etc)
- affaiblissement du système immunitaire
- troubles de croissance
- augmentation de cellules anormales dans le corps
- réduction des hormones mâles
- destruction rapide des fibres pulmonaires et lésions au cerveau parfois irréversibles
- capacité sexuelle réduite
- difficultés à étudier : aptitude réduite à apprendre et à retenir l’information
- apathie, somnolence et manque d’enthousiasme
- changement de personnalité et de tempérament
- inaptitude à comprendre les choses clairement … »

Le cannabis peut vraiment faire mal ...
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:34

(8) Il faut encore détruire les stocks de drogue, en attendant que la désinformation pseudo scientifique et pseudo sociale soit exposée et reconnue pour ce qu‘elle est : pure invention !
…« Page 10 - LES EFFETS DESTRUCTEURS DU CANNABIS
Les effets immédiats de la prise de cannabis comprennent une accélération des battements du cœur, une désorientation, un manque de coordination physique, souvent suivis par une dépression ou une somnolence. Certains consommateurs souffrent de crise de panique ou d’inquiétude.
Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là. Selon des études scientifiques, le principe actif du cannabis, le THC, reste dans le corps des semaines, voire plus.
La fumée du cannabis contient 50 à 70% du substances cancérigènes de plus que les cigarettes. Une étude de référence a montré qu’un seul joint de cannabis cause autant de dommages aux poumons que 5 cigarettes normales fumées les unes après les autres. Les fumeurs chroniques de joints souffrent souvent de bronchites.
La drogue peut affecter bien plus que votre santé physique. Des études australiennes menées en 2008 ont fait le rapprochement entre consommation importante de cannabis et problèmes cérébraux. Ce fait est confirmé par une étude précédente portant sur les effets à long terme du cannabis, qui mentionnait des atteintes cérébrales similaires à celles causées par une toxicomanie profonde avec d’autres drogues majeures. Et plusieurs études ont indiqué qu’un lien existerait entre une consommation répétée de cannabis et la psychose… »

Cannabis : ne pas en abuser !
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:30

(7) Voici encore pourquoi il faut se méfier du cannabis :
… « La déclaration ’’fumer un joint n’est pas plus dangereux que de boire un verre d’alcool’’ est-elle vraie ?
À vous de décider. Voici les faits :
L’alcool ne contient qu’une seule substance : l’éthanol. Le cannabis contient 400 agents chimiques différents, reconnus comme toxiques et cancérigènes. Contrairement aux fumeurs de cigarettes, les fumeurs de cannabis ont tendance à inhaler profondément et à retenir la fumée aussi longtemps que possible pour accroitre les effets de la drogue, ce qui aggrave les dommages causés aux poumons.
L’alcool est éliminé en quelques heures. Le THC (ingrédient principal du cannabis, affectant le mental) reste dans les graisses du corps pendant des mois, voire plus longtemps. Donc une personne qui fume deux à trois joints par semaine est constamment sous l’influence de la drogue.
Le THC endommage le système immunitaire, mais pas l’alcool.
Nous n’avons pas l’intention de minimiser ici les risques liés à l’abus d’alcool qui peut être aussi dangereux. Cependant, les consommateurs doivent être conscients du fait que les produits chimiques composants le cannabis, dont certains sont cancérigènes, restent dans le corps bien plus longtemps après que la drogue a été consommée.
Le taux de THC est passé de 1% en 1974 à 4% en 1994. En 2008, le niveau a atteint 9,6% , soit le niveau le plus haut depuis le début de l’analyse de la drogue dans les années 1970.
Une forme de cannabis nommée « sinsemilla » (sans pépins en espagnol) peut avoir des taux de THC compris entre 7,5 et 24%… »

Cannabis ? IL faut savoir que ...
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:27

(6) Toujours dans le même livret on trouve :
…« PAGE 5 -
Quand une personne fume un joint, elle en ressent généralement l’effet en quelques minutes. Les sensations immédiates - accélération du rythme cardiaque, perte de coordination et d’équilibre, sensation d’irréalité « comme dans un rêve »- sont à leur paroxysme dans les 30 premières minutes. Ces effets à court terme disparaissent généralement en deux ou trois heures, mais ils peuvent durer plus longtemps, selon la quantité absorbée, la puissance du THC et la présence d’autres drogues dans le mélange.
Le consommateur moyen inhale plus de fumée et la conserve plus longtemps que celle d’une cigarette ; un joint crée donc un grave effet sur ses poumons. Au-delà des problèmes de maux de gorge et de poitrine, il a été démontré qu’un joint est aussi cancérigène que la fumée de 5 cigarettes.
Les conséquences psychologiques du cannabis sont également graves. Les consommateurs de cannabis ont une mémoire et des aptitudes mentales moins bonnes que les non-consommateurs.
Les animaux auxquels les chercheurs ont donné du cannabis ont également souffert de lésions du cerveau.
NOMS COURANTS :
Cannabis : astro turf, pot, herbe, foin, huile, pneu, moquette, ganja, teuch, fumette, dope, chanvre, marie-jeanne, chichon, résine, savonnette, thé du Texas… »

Le cannabis ? Une drogue dure, connue depuis longtemps !
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:25

(5) Voici ce que révèle (dans son livret d’information concernant le cannabis) l’association française de prévention Ou à la vie Non à la drogue :
…« Page 3 : QU ’ EST-CE QUE LE CANNABIS ?
Le cannabis est le mot utilisé pour désigner les fleurs, graines et feuilles séchées du chanvre indien. Dans la rue, on l’appelle astro turf, bhang, dagga, dope, ganja, herbe, chanvre, home grown, J, Marie-Jeanne, pot, reefer, roach, thé du Texas et weed.
Le haschich est une forme proche de cette drogue, faite à partir des résines du chanvre indien. Appelé également , « chocolat », « hasch », ou « shit », il est environ 6 fois plus fort que la marijuana.
Le mot « cannabis » décrit n’importe quelle drogue extraite du chanvre indien ( plante également appelée « cannabis sativa »), y compris la marijuana et le haschich.
Quel que soit son nom, cette drogue est un hallucinogène, une substance qui déforme la façon de percevoir l’environnement.
Ses effets proviennent avant tout d’un de ses principaux composés chimiques, le tétrahydrocannabinol (THC). La quantité de THC présent dans un joint est assez variable, mais en moyenne le taux de THC a fortement augmenté dans les dernières années… »

Le cannabis, cette soudaine panacée !!!!
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:21

(4) Bravo pour cette prise, cela fera toujours moins de drogue en circulation !
La punition sans programme de réintégration social est un échec, ainsi que le laisser aller, les libertés totales.
La haine envers l'interdiction reste de la haine...
« Criminon, ou « Non au crime », est un programme de réhabilitation qui utilise les technologies mises au point par l'humaniste Ron Hubbard pour aider les personnes incarcérées à retrouver leur fierté et l'estime d'eux-mêmes. Criminon, dont le siège se trouve à Los Angeles, est né du programme Narconon de réadaptation des toxicomanes. Compte tenu de l'utilisation croissante de la drogue dans tous les secteurs de la société, le programme de Narconon, au cours des années 80, a commencé à se concentrer sur les activités communautaires.
C'est à ce moment que Criminon est entré dans les établissements pénitentiaires.
Criminon apporte aux détenus la connaissance et les capacités nécessaires pour changer leur vie et devenir des membres productifs de la société(…)
En 1990, un programme pilote du Tribunal pour enfants mis en place avec Criminon, dans le comté de Butler en Alabama, a permis de découvrir que chez les délinquants qui étaient en contact avec le programme, le taux de récidive tombait à 2% au lieu de 80% pour ceux qui n'étaient pas impliqués dans le programme.
Le programme Criminon a été adopté par le Gouvernement mexicain à la suite de la réussite d'un programme pilote dit de « la deuxième chance » qui s'est déroulé à la prison d'Ensenada à partir de 1995.
Criminon existe en France depuis 1998. Les bénévoles de Criminon France entrent en contact avec un ou plusieurs détenus et établissent un échange de correspondances régulières incluant des lettres personnelles et des leçons tirées du livret Le Chemin du Bonheur. »

... mais pourquoi se droguer, en fait ?
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 21:02

(3) Punir ne donnera pas grand-chose et montre ses limites... Il y a un marché car il y a demande.
Mais pourquoi des personnes se droguent-elles ?
La situation a été étudiée et expliquée par l'humaniste américain Ron Hubbard : lorsque une personne pense qu'elle ne pourra plus aider les autres et qu'elle ne pourra pas non plus être aidée, alors elle va chercher le substitut de cette aide dans les drogues (ou substances psychotropes). Autrement dit, elle va rechercher de l’aide auprès de médicaments ou autres substances psycho-actives pour se sentir mieux, se sentir aidée ! Plus elle va abuser de drogues et de médicaments, car elle n’arrive toujours pas ni à être aidée ni à aider, et plus les dits médicaments ou drogues vont agir négativement sur elle à cause de leurs effets secondaires qui s’accumulent.
Dans le cas de certains jeunes, ils sembleraient donc se droguer après en être arrivé à la conclusion qu'ils ne pourront pas aider la société (ou certains de ses membres qui leurs sont chers), ni être aidés à le faire, ni obtenir de l’aide de cette dernière.
Un cas particulier serait des échecs scolaires continuels, dans un contexte économique difficile, échecs qui pourraient pousser certains jeunes à se tourner vers une drogue.
(La solution aux échecs scolaires, soit dit en passant, consiste à clarifier tous les mots rencontrés lors de l’étude des programmes !)

Interdire sans trop punir sera la solution ( comme la morale !)
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 20:58

(2) Je ne suis pas sûr qu’une condamnation sévère sera efficace… Pourtant ce cannabis est une drogue dure : il peut modifier la structure des cellules.
Aussi faudrait-il encore interdire ce cannabis, sans toute fois punir sévèrement : une confiscation, avec la
destruction des stocks saisis, et une confiscation de la logistique de production ou de transport qu’utilisent les dealers seraient une sanction suffisante ; les véhicules et logements utilisés pour le trafic devraient être donnés à des associations caritatives comme les Restos du Coeur, la Croix Rouge, Emmaüs, l'Armée du Salut ou autres...
Le tout accompagné de campagnes d’information réelle : faite par des médecins, des pompiers et des chercheurs, et d'anciens toxicomanes de la dite drogue qui expliqueraient les effets néfastes qu'ils ont subis.
Les vertus médicales du cannabis ne sont pas concernées dans mon optique, et devraient être vérifiées par plusieurs équipes de chercheurs, être encadrées par la médecine et une agence officielle d’État.

le cannabis ? Une drogue dure, légalisée ou non !
jpbtrind ven, 16/10/2015 - 20:55

(1) Bravo pour cette prise, qu'il faut finalement simplement détruire !
Réduire la consommation : oui. En ce sens l’intervention des autorités reste positive, mais insuffisante en terme de choix d’action préventive.
Actuellement les arguments pour légaliser le cannabis sont assez surprenants…Surtout l’argument : pénalisation = incitation à la consommation. Ce n’est pas vrai ; la dépénalisation de l'alcool, voire les psychotropes, n'a pas du tout, mais vraiment pas du tout limité leur consommation ! Dépénaliser le cannabis ferait une drogue en masse sur le marché, sans possibilité de la diminuer, et dont les effets s‘ajouteraient aux effets de toutes les autres drogues (légales ou non) déjà en consommation. ( sans rentrer dans la liste des effets, la seule diminution de l’attention qui fait suite à une consommation de cannabis rend les conducteurs ou travailleurs dangereux pour leur entourage et eux-mêmes)
Ainsi pénalisation comme dépénalisation ne règlent nullement le problème de la consommation et de ses conséquences néfastes.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.