Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique Les directeurs de salles unis derrière les intermittents

2 17.06.2014 19:41
Les directeurs de salles affichent leur soutien (P.Gyger, J.Blaise, C.Blondeau, C.Gouhaud et B.Salanon)

Les directeurs de salles affichent leur soutien (P.Gyger, J.Blaise, C.Blondeau, C.Gouhaud et B.Salanon)

PO/L.Be

Capitaines de la culture sur le départements, Jean Blaise (pour le Voyage à Nantes), Patrick Gyger (le Lieu Unique), Catherine Blondeau (Le Grand T), Bertrand Salanon (Théâtre universitaire), Cyrille Gouhaud (le Pannonica), Stéphane Leca (l'Onyx à Saint-Herblain) et Maurice Cosson (l'Arc à Rezé) se sont réunis en ce début d'après-midi pour parler d'une même voix et soutenir le mouvement des intermittents du spectacle.

Cela fait déjà plusieurs mois qu'ils expliquent au public, chacun dans leur structure, avant ou après les spectacles, en quoi l'accord UNEDIC, rédigé le 22 mars dernier, est selon eux un mauvais accord. "Nous sommes là pour afficher une certaine unité", introduit Patrick Gyger pour le LU. Ce mardi, à la veille de la signature qui commencera d'entériner le dit-accord, ils veulent marquer le coup et s'afficher ensemble afin de montrer à quel point ils sont contre cet agrément. 

"Ca ne va pas toucher les stars"

"L'échéance, c'est demain mais nous dénonçons cet accord. C'est pourquoi nous voulions signifier notre unité et notre adhésion à ce mouvement de protestation", reprend Catherine Blondeau (Le Grand T). "L'inquiétude, elle est d'abord pour les artistes et les compagnies, parce que ce sera plus dur de mener des projets avec eux, comme nous le faisons aujourd'hui. Cela ne va pas toucher les stars mais ceux qui sont à la limite de pouvoir vivre de leur métier. Ce sont les équipes que nous accompagnons et qui font que les projets existent. Cela retombera sur le coût des spectacles, qui va aussi augmenter. Et mécaniquement, on va proposer moins de projets".

"Surdité du Gouvernement"

"On est face à une surdité du Gouvernement. Comment se fait-il que rien n'avance ? C'est quand même quelque chose d'incroyable ! s'exclame Bertrand Salanon (TU). Depuis quelques années, nous lui avons fait des propositions pour améliorer le régime des intermittents et trouver un accord juste et équitable mais elles n'ont pas du tout été prises en compte". Des représentants du mouvement "Culture en marche", à leurs côtés, ont réexpliqué leurs craintes face au risque d'une "plus grande précarisation des artistes".

Pour le Voyage à Nantes, Jean Blaise, son directeur, s'est également dit "très concerné". "Tout le monde de la culture est relié à cette problématique. Moi, je suis là à titre personnel mais dès demain, je vais demander à mon président Fabrice Roussel (maire PS de La Chapelle-sur-Erdre, NDLR), qui est également vice-président de l'agglomération nantaise, de convoquer un conseil d'administration exceptionnel pour adopter une position de soutien vis-à-vis des intermittents". Un combat qui les ramène 11 ans en arrière, lors de la précédente signature de l'accord Unedic.

Cette prise de position dépasse les frontières du département. D'autres directeurs de salles, absents, ont ainsi souhaité être cités à leurs côtés : celui de la Cité des congrès de Nantes, du Quai à Angers, du Jardin de Verre à Cholet, du Chabada à Angers, ou encore du Pianocktail à Rezé.

Lucie Beaupérin

Plus d'informations sur le mouvement des intermittents sur www.cultureenmarchepdl.org

 

Pourquoi faut-il conserver le statut des intermittents ? Jean Blaise cite Royal de Luxe (notre vidéo) :

 

Pierre Roba, délégué régional du SYNAVI et porte-parole de "Culture en marche", présente aux directeurs culturels les enjeux et la suite du mouvement des intermittents :

Commentaires (2)

Contribuables, ici, la photo des profiteurs du système!
CYRANO mer, 18/06/2014 - 11:16

Honte à celles et ceux qui ruinent la France et qui crachent sur le système tout en profitant des subventions. Le pire, c'est qu'ils demandent la censure dès que vous émettez une critique légitime concernant le gaspillage de notre fiscalité! Bien entendu, ils argumenteront que la dictature interdit la culture! Le pire, c'est eux qui exploitent les intermittents! Mesdames Messieurs à défaut de publier vos salaires qui sont les fraudeurs ... Artistiques parmi les intermittents? Vu la théorie du genre, vous êtes tous derrière ... Honte à vous!

Exact Gilbert !
Cyril mer, 18/06/2014 - 13:29

En réponse à CYRANO - Contribuables, ici, la photo des profiteurs du système!

Le déficit du régime de l'Unedic ne cesse de se creuser du fait que la plupart des spectacles organisés et subventionnés pour certains n'attirent pas ou très peu ; sans compter qu'un certain nombre d'entreprises faisait basculer une partie de son personnel du statut de CDD au statut d'intermittents au régime très (voire trop ?) avantageux.
Forcément, il fallait arrêter ce type de supercherie (parmi tant d'autres) via un accord !

Et qui sont ceux qui gueulent ? Ce sont pour la plupart ceux qui profitent du système au détriment du contribuable ; mais aussi une minorité d'intermittents qui exercent en toute honnêteté leur travail.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.