Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique Retour sur les violences urbaines de 2005

0 04.11.2015 21:58
Le magasin incendié à Plaisance (Orvault) en novembre 2005. Photo archives PO-AJ

Le magasin incendié à Plaisance (Orvault) en novembre 2005. Photo archives PO-AJ

En 2005, la France vit les émeutes urbaines. Rappel des faits et témoignages en Loire-Atlantique.

Il y a dix ans, la France connaît des révoltes dans les quartiers, avec voitures brûlées, équipements incendiés. Des violences urbaines après la mort de deux adolescents Bouna Traoré et Zyed Benna à Clichy-sous-Bois le 27 octobre. Une semaine plus tard, différentes villes connaissent des violences urbaines. La Loire-Atlantique ne faisait pas partie des dix départements les plus touchés en France, selon les données du centre d'étude stratégique en 2007. Reste que ces événements étaient sans précédent, de par leur durée.

Des habitants se sont rassemblés contre ces agissements

« Je me souviens que des habitants préféraient rester chez eux le soir. L'ambiance était tendue dans certains coins en particulier. Pas partout. Il y avait des CRS », se remémore Rémi, habitant aux Dervallières à l'époque et ex-médiateur, « il y avait une vie associative intéressante, mais le soir, peu de gens sortaient ».

 

Hadj avait 30 ans, quartier Bellevue, quand les quartiers se sont embrasés. « Il y avait un malaise, se souvient-il. Un mélange la colère et de frustration. Comme à d'autres avant eux, on avait donné de l'espoir à ces populations. Et là, ça a explosé ». À l'époque, dit-il encore, « les jeunes se sont exprimés avec les moyens qui étaient les leurs. »

Plus d'informations dans Presse Océan de jeudi 5 novembre et à suivre vendredi 6 novembre, dix ans après

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.