Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique Virus Ebola : le Samu nantais vigilant

0 08.08.2014 09:52
Le Samu de Nantes est vigilant même si l'arrivée du virus Ebola en France est jugée "très improbable" par les spécialistes.

Le Samu de Nantes est vigilant même si l'arrivée du virus Ebola en France est jugée "très improbable" par les spécialistes.

Archives PO

Alors que l’Afrique de l’Ouest affronte la plus grave épidémie de fièvre hémorragique Ebola (932 décès), la France a renforcé son dispositif de veille sanitaire. Dans la région ouest, c’est le CHU de Rennes qui a été désigné hôpital de référence pour accueillir et traiter les cas possibles de malades. L’établissement de santé dispose d’ores et déjà d’une chambre d’isolement adaptée - à pression d’air négative - et des laboratoires permettant de procéder au dépistage de la maladie.

Au CHU de Nantes, l’équipe du Samu n’en demeure pas moins vigilante. « Notre travail, c’est d’assurer le dépistage d’agents pathogènes ou de cas dits suspects en amont, c’est-à-dire dès la régulation, quand les patients ou les professionnels de santé nous appellent, énonce sereinement Emmanuel Bernigaud, médecin officiant au sein du pôle Urgences Samu. C’est exactement comme pour la grippe. Ou pour le coronavirus… »

Depuis le début d’avril, les équipes ont recensé une poignée de cas suspects concernant le virus Ebola. « Ces personnes venaient de pays à risques (Guinée-Conakry, Sierra Leone, Liberia ou Nigeria) et avaient plus de 38,5 °C de température… À chaque fois, il s’est avéré qu’il s’agissait de cas de paludisme… Mais tant que l’on n’a pas éliminé la pathologie, on ne peut pas savoir. »

Dossier à retrouver dans Presse Océan ce vendredi (édition numérique en cliquant ici)

Urgence de santé publique mondiale

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.