Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Loire-Atlantique Deux crématoriums en projet au sud de Nantes

0 26.10.2014 15:23
Jean-Pierre Blivet, responsable des crématoriums municipaux de Nantes, Saint-Nazaire et La Roche-sur-Yon

Jean-Pierre Blivet, responsable des crématoriums municipaux de Nantes, Saint-Nazaire et La Roche-sur-Yon

Photo PO-Olivier Lanrivain

En Loire-Atlantique, le nombre de crématoriums est insuffisant. Le schéma régional devrait réduire les délais d’incinération, beaucoup trop longs dans le département, pour une meilleure prise en charge des familles endeuillées.

A ce jour, le département n’est pourvu que de deux crématoriums, à Nantes et Saint-Nazaire, alors que les demandes ne cessent de croître, avec 2 507 incinérations l’an dernier à Nantes et 1 369 à Saint-Nazaire. Soit environ 10 % de plus qu’en 2010.

L’offre n’est pas suffisante. Si on ne dépasse le délai légal de six jours qu’une fois par trimestre, cela arrive encore trop fréquemment d’atteindre huit à neuf jours entre le décès et l’incinération, ce qui nous oblige à demander une dérogation au préfet. C’est une catastrophe pour les familles concernées, qui peinent à faire leur deuil", lâche Christophe Robert, associé dans l’entreprise familiale de pompes funèbres éponyme, qui a dû se tourner récemment vers le crématorium de La Roche-sur-Yon (Vendée), pour cause de saturation des installations nantaises.

« Il y a un besoin urgent », confirme Jean-Pierre Blivet, responsable des crématoriums municipaux de Nantes, Saint-Nazaire et La Roche-sur-Yon pour le groupe OGF (Pompes funèbres générales), délégataire de service public jusqu’au deuxième trimestre 2015.

Deux créations de créatoriums sont actuellement à l'étude dans le département : l'un à Château-Thébaud, dans le vignoble nantais, dont l'ouverture est prévue en 2015 et l'autre à plus long terme à Saint-Jean-de-Boiseau dans l'agglomération sud de Nantes. Ce deuxième projet laisse dubitative l’association crématiste de Nantes.

« Nous étions demandeurs depuis des années. Nous nous interrogeons notamment sur le bien-fondé de la création d’un crématorium à Saint-Jean-de-Boiseau, alors que celui de Château-Thébaud, qui verra le jour en 2015, ne sera distant que de 30 kilomètres à vol d’oiseau et touchera le même bassin de population. Il y a peu de chances pour que les deux structures survivent. Et tout cela est financé avec les deniers publics », se désole André Autesserre, son président.

Notre dossier dans Presse Océan du lundi 27 octobre

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.