Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Grand Ouest Meurtre de Mickaël Rabouan : enquête discrète dans le Saumurois

0 02.12.2016 11:51
Vernoil-le-Fourrier. Le jeune homme retrouvé mort était menacé

Vernoil-le-Fourrier. Le jeune homme retrouvé mort était menacé

Photo Le Courrier de l'Ouest - Laurent COMBET

Depuis la découverte du corps sans vie de Mickaël Rabouan, le dimanche 19 novembre dernier dans le Saumurois (49), les questions se multiplient.

Comment cet homme de 34 ans, décrit comme « quelqu'un de très timide et réservé, qui ne faisait pas parler de lui » a-t-il pu attirer autant de violences au point d'engendrer la mort ? Qui pouvait lui en vouloir à ce point ? Pour quelle raison ?

La semaine suivant sa mort, le mystère entourant la mort de Mickaël s’était éclairci. Un peu. Mickaël est cet habitant de Vernoil-Fourrier, petite commune du Saumurois (49), âgé de 34 ans, dont le corps a été retrouvé dimanche 19 novembre après 13 heures, dans une maison abandonnée située à l’arrière de son ancien domicile.

Selon les premiers éléments recueillis sur place, au moment de sa découverte, le corps du jeune homme portait des traces de coups et était partiellement dévêtu.

D’où l’ouverture d’une enquête de la Gendarmerie pour déterminer les causes et les circonstances de ce décès suspect qui a impliqué un ou plusieurs tiers.

"Il avait reçu des menaces de mort"

On sait aussi aujourd’hui que Mickaël, qui exerçait depuis 2015 la profession de porteur de journaux pour Le Courrier de l'Ouest sur les communes de Parcay-les-Pins et Courléon, était un homme menacé. « Il avait reçu des menaces de mort par SMS. Mon frère avait porté plainte », confie David, son frère, sous le choc.

Ces menaces étaient très concrètes puisqu’il y a quelques semaines les quatre pneus de la voiture de Mickaël avaient été crevés.

Dans la semaine qui a suivi, les gendarmes ont été très visibles sur le terrain. Ils ont été vus effectuant des recherches aux abords de l'étang, à la recherche de traces pouvant attester leurs hypothèses. Ils ont fouillé, y compris aux abords de la mairie, les poubelles et les bennes à ordures, possiblement à la recherche des vêtements que la victime ne portait plus.

Les gendarmes, vendredi 25 novembre au soir, ont également contrôlé l'identité et questionné tous les automobilistes qui circulaient dans le centre de la commune.

Le point sur cette enquête vendredi dans Le Courrier de l'Ouest à télécharger ici

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.