Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Musique Création mondiale à Nantes avec Alexandre Desplat

0 12.06.2013 14:41
Alexandre Desplat, compositeur, John Axelrod, chef d’orchestre et Jean Ferrandiste, soliste (flûte)

Alexandre Desplat, compositeur, John Axelrod, chef d’orchestre et Jean Ferrandiste, soliste (flûte)

Photo Presse Océan-Nathalie Bourreau

Hier, il s’est installé discrètement cinq minutes avant que ne débute la soirée, élégant et concentré. Alexandre Desplat, 51 ans, compositeur de musique de films (de Roman Polanski, de Jacques Audiard parmi tant d’autres grands noms) était ce mardi à la Cité des congrès de Nantes pour assister au milieu du public à la création mondiale d’une inédite commande de l’orchestre national des Pays de la Loire (ONPL).

Par charité pour Gabriel Fauré et ceux qui aiment, on ne dira rien ou presque de la première version de Pelléas et Melisande aussi émolliente que du Mendelssohn. L’interprétation n’est pas en cause mais que cette œuvre est engoncée dans un pathos impénétrable qui peut laisser au mieux le spectateur indifférent et un peu agacé.

Heureux Desplat qui venant tout juste après, avec sa symphonie concertante pour flûte et orchestre, bénéficie d’une comparaison inutile mais tellement avantageuse. Ce poème symphonique imagé est un vrai moment de bonheur, inspiré, construit, imaginatif. Avec un souffle et une énergie qui réveillent l’ONPL (vite oublieux du somnifère Fauré) et enthousiasme à l’évidence son chef, John Axelrod.

Saluons aussi la prestation enjouée, presque rock diront les plus audacieux, de Jean Ferrandis, excellent soliste qui fait de sa flûte le héros auquel on s’identifie avec une facilité dé-concertante. Le plaisir communicatif du concertiste, la connivence avec le travail de Desplat et son talent tout simplement donnent du corps et un souffle à une partition qui est déjà très riche.

Ralliant la scène au terme des trois mouvements (le 3e sera ensuite bissé), le compositeur et le chef se sont congratulés, au nom d’une affinité agréable à voir. Et à entendre. « Quand je lui ai proposé une création, il a dit… oui », rigole encore Axelrod comme surpris par l’absence de réticence d’Alexandre Desplat. Une aisance qui ne trahit ni facilité factice ni prétention, au contraire.

Très accessible à l’entracte comme à la fin du concert, le musicien alpagué gentiment par quelques admirateurs confie : « C’est l’aboutissement de plus de vingt ans de travail. Chez moi, la musique et les images sont indissociables. Je compose et je vois des images ». Et son film intérieur dont il nous livre sa foisonnante partition est terriblement séduisant.

Alexandre Desplat ne cache pas que cette aventure est aussi due à l’ouverture d’esprit de John Axelrod « qui ne s’enferme pas comme certains chefs dans un registre très précis ». Ce duo de passionnés, aussi classique que contemporain, ne produit aucune fausse note. Et cette « création mondiale » rappelle au passage que les compositeurs de musique de films peuvent appartenir à de grandes lignées qui écrivent aussi l’histoire de la musique. Elle souligne également l’importance de l’éclectisme chez des chefs qui incitent leur troupe à sortir des sentiers battus, permettant ainsi au public d’élargir son horizon sonore. « Merci de m’avoir placé avant Debussy », a glissé, modeste, Alexandre Desplat avant que l’ONPL interprète le Pelléas et Melisande du maître de l’avant-garde et de l’anticonformisme.

Mais que Desplat se rassure, on ressentait avec la suite de Debussy davantage de filiation naturelle que de confrontation funeste. Les deux compositeurs ont en commun le goût de la liberté et le sens inné des images sonores.

M.D.

A découvrir ce soir à Nantes (20h30), à la Cité des congrès et demain jeudi 13 juin au centre des congrès d’Angers.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.