Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Musique Youn Sun Nah et Ulf Wakenius enchantent le Carré d'Argent à Pontchâteau

0 08.05.2014 23:45
La chanteuse Youn Sun Nah et le guitariste Ulf Wakenius mercredi 7 mai à Pontchâteau

La chanteuse Youn Sun Nah et le guitariste Ulf Wakenius mercredi 7 mai à Pontchâteau

(Photo Presse Océan, MD)

« Merci de nous avoir rappelés », lance-t-elle avec cette étrange petite voix, presque timide et fragile, faite d’une infinie politesse et d’un immense sourire. La salle pleine et debout du Carré d’Argent à Pontchâteau ne veut pas la laisser partir en cette veille de 8 mai. Victoire, elle revient, presque étonnée de l’engouement qu’elle suscite pourtant partout où elle passe. Youn Sun Nah, 44 ans, était le bonheur de ce mercredi soir en Loire-Atlantique. Et pour prolonger cette heure et demie de concert, elle annonce en français, comme depuis le début de cette belle rencontre, « une chanson que vous allez reconnaître ». Et comment. Son indispensable comparse, le bluffant guitariste suédois Ulf Wakenius, 56 ans, entame alors les premières notes « d’Avec le temps ». Depuis 1969, cette chanson de Léo Ferré transperce d’émotion. La chanteuse de jazz coréenne est à la hauteur. Frisson garanti avec cette pointe de vague à l’âme car on sait que la magie va bientôt s’arrêter ; car on redoute aussi la chute : « Alors vraiment… avec le temps… on n’aime plus ». Et bien si, on l’aime ce duo presque fusionnel qui fait des étincelles depuis l’album « Voyage » (2009). Ses cordes - voix et guitare - s’entremêlent, s’attendent, se suivent avec une harmonie et un rythme qui laissent en allégresse. C’est un des charmes du dernier CD « Lento » (2013), une pure merveille qui l’associe à quatre musiciens dont Wakenius. Là, sur scène, il est seul à l’accompagner mais il fait mieux que lui offrir un écrin. « Momento Magico », composition bien nommée du Suédois, illustre à la perfection leur degré de complicité. Ils s’admirent réciproquement mais surtout s’inspirent l’un l’autre et jouent avec une joie communicative. Les « didou doudoudi » et autres claquements de langue comme les variations infinies, les emballements... dépassent la virtuosité. Tout cela est réjouissant. À l’image de « Mistral » autre univers qu’Ulf compose en s’inspirant d’une étape avignonnaise « un jour où il y avait du vent, presque trop ». Et Youn Sun Nah se fait mistral. Gagnant. Elle est aussi presque cow-boy avec une voix un peu rauque dans « Ghost Riders in The Sky » ou infinie douceur avec « Hurt » avant que la tendresse devienne puissance étourdissante… La salle se lève une seconde fois pour la retenir, elle revient avec une sorte de comptine et du papier perforé. « C’est la dernière ». Hélas. On voudrait simplement répondre à ces deux-là que grâce à eux, « Avec le temps, va, tout va bien »...


M.D.


À noter : Le Carré d’Argent qui avait accueilli l’excellent trompettiste Erik Truffaz en mars 2013 va proposer en exclusivité le Avishai Cohen trio le 28 octobre 2014, à l’occasion de la sortie d’un nouvel album du contrebassiste de jazz (renseignements : 02 40 01 61 01)

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.