Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes 12 années de réclusion pour avoir jeté une femme d'un balcon

2 01.03.2016 15:20
Le verdict est tombé en début de soirée ce mardi.

Le verdict est tombé en début de soirée ce mardi.

Illustration CO-LC

La cour d'assises de la Loire-Atlantique a condamné, ce mardi soir, Gérard Rouziou à la peine de 12 années de réclusion criminelle. Cet homme de 54 ans, originaire de Pornic, est reconnu coupable du  meurtre d'une femme de 61 ans, jetée en septembre 2013 par-dessus le balcon d'un immeuble de la place Victor-Mangin à Nantes.

En début d'après-midi, l'avocate générale avait requis 14 années de réclusion criminelle.

Nantes. "Je viens de jeter par une fenêtre une personne"

Pour Sophie Husson, l'accusé a bel et bien "tué volontairement". Elle ne croit pas à la thèse du coup mortel. A ce coup de poing qui aurait déstabilisé la victime au point de la faire basculer par-dessus la rambarde. "Ce n'est pas compatible avec les constatations médico-légales", pointe l'avocate générale. L'expert légiste l'a dit à la barre : "Un coup de poing ne suffit pas. Il a fallu soulever la victime."

Sophie Husson s'appuie aussi sur les aveux prononcés le soir même sur le trottoir, puis en garde à vue, et répétés ce matin devant la cour par l'accusé. "Il a déclaré qu'il l'avait tuée. Parce qu'elle allait prendre sa place dans le dortoir (Ndlr : l'accusé et la victime étaient hébergés dans le même appartement), parce qu'elle avait l'argent et la picole, parce qu'elle l'énervait." Des aveux qui n'ont tenu qu'une heure à peine, avant que Gérard Rouziou ne se rétracte en prétextant ne plus tout à fait se souvenir des faits. "M. Rouziou fait preuve d'un manque de courage intellectuel. Et pourtant, il n'est pas passé loin de la vérité. On ne tue pas M. Rouziou. On ne jette pas de la fenêtre du 4e étage."

L'avocate générale avait également requis un suivi sociojudiciaire d'une durée de trois ans avec injonction de soins pour permettre à l'accusé de régler son alcoolisme à sa sortie de prison. La cour l'a suivie sur ce point.

Plus d'informations à lire mercredi 2 mars 2016 dans Presse Océan ou nos éditions en ligne

Commentaires (2)

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.