Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Le triomphe archi-mérité du "Bouffon du président" à Bonne Garde

0 08.10.2014 10:34
Hilare, l'équipe de la pièce… avec Jean-Yves Stéphant (au centre) et Olivier Lejeune (à droite)

Hilare, l'équipe de la pièce… avec Jean-Yves Stéphant (au centre) et Olivier Lejeune (à droite)

Photo PO - Philippe Corbou

Une salle archi-pleine, des spectateurs ravis et même les caméras de TF1 pour immortaliser l'événement mardi soir à Bonne Garde.

Pour la reprise de la huitième saison des Mardis Nantais du boulevard et de l'humour, Jean-Yves Stéphant a frappé fort en proposant la nouvelle pièce d'Olivier Lejeune, Le bouffon du président. Il est vrai que le casting choisi par Olivier Lejeune est de grande qualité. Franck de la Personne est énorme dans le rôle de Jerry Guillos. C'est lui qui tire la pièce vers le haut dans sa première partie. Michel Guidoni est un désopilant François Nicoly. C'est lui qui permet de donner le lien et le liant au final, haut en couleurs. Pour sa première sur les planches, Cécile de Ménibus affiche un talent certain. "Elle a fait de gros progrès depuis le début de la tournée" reconnaît Olivier Lejeune. Et sa plastique plaît toujours autant aux hommes. Fabienne Chaudat et l'ancien du Collaro Show, Frédéric Bodson sont également parfaitement dans le ton.

Mais si la pièce fonctionne aussi bien, si elle a fait rire la salle entière, c'est grâce au talent d'écriture d'Olivier Lejeune. Dialogues étincelants et ciselants, situations cocasses et surprenantes. Naturellement, toutes similitudes avec des faits ayant réellement existé sont purement volontaires. Spectateur attentif, mardi soir, Olivier Lejeune a apprécié la prestation de ses acteurs. Il a rit de bon cœur et les a longuement applaudis.

Au vu de la thématique choisie, Olivier Lejeune a tapé juste et il se promet deux ans de francs succès avec la conjoncture politique actuelle.

L'histoire :  Jerry Guillos, l’humoriste français numéro un, réputé pour ses provocations corrosives a été engagé pour une soirée privée par Roseline Favel, organisatrice d’événements. Notre star du rire découvre avec effarement l’endroit du gala: la cave d’une auberge désaffectée en pleine nature hostile. Et pour couronner le tout, il doit jouer pour un seul spectateur, le « client » qui l’a acheté. Mû d’un mauvais pressentiment, Jerry tente d’annuler sa prestation. En vain. L’arrivée d’une jeune et ravissante Sophie, en remplacement de son régisseur mystérieusement volatilisé, finit par convaincre ce séducteur patenté d’honorer ce contrat très bien payé. Le piège va se refermer. Jerry, aveuglé par les projecteurs, attaque son show face à ce spectateur invisible. Et comme à son habitude, il descend en flammes sa tête de turc favorite, François Nicoly, le précédent président de la république. Son spectateur ne riant à aucune de ses vannes, il arrête son show pour se retrouver avec stupeur face à... François NICOLY. Qui n’a jamais digéré d’être sans cesse ridiculisé, voire diffamé, par Jerry. Il le tient même en partie responsable de sa défaite aux dernières présidentielles. Le politicien n’a qu’un but : faire souffrir Guillos autant en une nuit que lui même a souffert pendant des années. D’où un duel cinglant entre les deux hommes, une vengeance diabolique... à laquelle est mêlé Pierre, un fantôme du passé.

Philippe Corbou

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.