Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes 65 642 noms sortis de l’oubli des registres des hôpitaux nantais

0 23.06.2015 18:38
La remise officielle des listes aux représentants de la Ville et des Archives municipales

La remise officielle des listes aux représentants de la Ville et des Archives municipales

Photo PO-EC

Il a fallu plus de trois ans aux bénévoles du Centre généalogique de Loire-Atlantique pour relever tous les noms des registres de décès des hôpitaux de Nantes, l’Hôtel-dieu et le Sanitat de 1604 à 1792. Le résultat représente la collecte de 65 642 noms, dont 61 020 pour l’Hôtel-dieu et 4 622 au Sanitat.
Travail de bénédictin de trois ans pour une dizaine de bénévoles
Un travail de « bénédictin » mené par une dizaine de bénévoles du Centre généalogique de Loire-Atlantique (CGLA) sous la houlette de Pierre Batard, qui va profiter à tous ceux qui sont à la recherche de leurs ancêtres ou qui mènent des travaux généalogiques, bien au-delà de la région puisque les personnes ainsi identifiées sont originaires de tous les départements français, sans exception, et de trente-trois pays différents, puisque Nantes était alors un port international.
L’ensemble de ce travail représente plusieurs épais volumes (également numérisés et accessibles en ligne) qui ont été remis officiellement hier à Véronique Guitton directrice des Archives Municipales en présence d’Olivier Château adjoint au maire en charge du patrimoine de la ville. « On pouvait vivre au Sanitat assez vieux. Les décès de nonagénaires ne sont pas rares. on note le 10 mars 1748 la sépulture de Jeanne Denys, âgée de 112 ans, née le 25 décembre 1635 à Nantes, d’un couple de bouchers de la paroisse Saint-Nicolas », raconte Jérôme Brétignières, président du CGLA.
On peut aussi constater la forte présence bretonne. 1 814 actes concernent des ressortissants des Côtes-d’Armor, dont 220 pour le seul village de Ploeuc-sur-Lié. Les Lamballais sont nombreux, avec leurs chevaux ils avaient alors pour spécialité les travaux publics, notamment pour la réalisation des quais et cales. Il y a aussi tous ceux qui venaient embarquer pour les Antilles ou la Louisiane dont le voyage s’arrêtera à Nantes ou plus simplement des bateliers ou gabariers de Loire qui ne remonteront plus le fleuve…

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.