Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Aéroport Notre-Dame-des-Landes : l’heure de la justice, le flou politique

6 18.06.2015 05:03
L'ouverture de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes était inialement prévue en octobre 2017.

L'ouverture de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes était inialement prévue en octobre 2017.

Jacques Ferrier Architecte copiright

Le tribunal administratif doit trancher, ce jeudi 18 juin, le dossier de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. L’épilogue est loin d’être écrit.

Dix-sept requêtes à examiner. Ce jeudi 18 juin 2015, les magistrats de la sixième chambre du tribunal administratif de Nantes ne vont pas échapper à une séance marathon. Voici enfin venu le premier round de l’ultime bataille judiciaire concernant le dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Une kyrielle d’opposants a attaqué les arrêtés préfectoraux relatifs à la loi sur l’eau et à la biodiversité. La signature de ces documents, survenue en décembre 2013, valait logiquement feu vert pour le démarrage des travaux. Mais les élections municipales, et la nécessaire fusion des listes socialiste et écologiste au deuxième tour, sont passées par là. Avant de sceller l’union sacrée, chaque camp s’est rallié à la promesse du gouvernement de ne pas ordonner le début du chantier « avant l’épuisement de tous les recours juridiques déposés ». Subsiste une fâcheuse querelle sémantique. Les partisans du projet ont toujours clamé que le jugement du tribunal administratif de Nantes constituerait - s’il est positif à leurs yeux - la dernière étape avant le coup d’envoi des opérations. Les anti-NDDL ont beau jeu de rappeler que l’épuisement des recours ne saurait se limiter à une seule juridiction, et parlent donc de multiplier les appels jusqu’à la Cour européenne… Soit, selon cette lecture, « un nouveau répit de cinq ans ».

Attention, le contenu diffusé sur le fil ci-dessous n'engage que leurs auteurs.

Bras de fer

Si d’aventure l’Etat devait ordonner l’évacuation du site pour orchestrer les travaux préparatoires, la concorde, scellée au niveau local entre PS et écologistes, risque de voler en éclats. « On ne va pas crier avant d’avoir le jugement mais une telle décision serait susceptible de remettre en cause notre participation à la majorité, énonce Pascale Chiron, adjointe écologiste au maire de Nantes, également vice-présidente de Nantes Métropole. La question serait inévitablement sur la table. »


Semaine difficile pour les opposants

Les opposants vivent une semaine difficile. Mardi, ils ont essuyé un énième revers avec le rejet, par la Cour de cassation, de pourvois visant à obtenir l’annulation des expropriations. Ce jeudi, le rapporteur public devrait soutenir la validité des arrêtés préfectoraux. Jugement attendu à la mi-juillet.

La sérénité reste de mise. Même les défenseurs du projet admettent qu’il sera difficile de siffler rapidement le coup d’envoi des travaux. Le déménagement d’espèces protégées ne peut être initié avant l’automne. « Il faudra aussi un délai de quatre mois pour mobiliser les entreprises », selon un pro-aéroport. Le drame du barrage de Sivens (Tarn) a douché les esprits.

Surtout, aucun élu n’imagine le Président Hollande (PS) décréter l’évacuation du site avant la conférence climatique de décembre à Paris. « Ce serait l’assurance de se retrouver avec une manifestation gigantesque avec Notre-Dame-des-Landes en porte-étendard », raille Ronan Dantec, sénateur écologiste.

Manifestation

En attendant, c'est manif' dès aujourd'hui. Les opposants à l’aéroport orchestrent un rassemblement, à partir de 10 heures, square Daviais, à deux pas du tribunal, là même où les opposants ont mené une grève de la faim en mai 2012, avant d’obtenir un moratoire sur les expulsions.

Des requêtes et des chiffres

Pour rappel, les magistrats vont examiner 17 requêtes dirigées contre 5 arrêtés préfectoraux en relation avec le projet de Notre-Dame-des-Landes. Une première série de recours porte sur les travaux d’aménagement et de sécurisation des voies existantes (départementales et communales) autour de la zone. Une deuxième vise les arrêtés relatifs à la loi sur l’eau et à la biodiversité. Une dernière série porte sur la réalisation par l’État d’une voie nouvelle constituant la future desserte routière de l’aéroport.

Le projet de nouvel aéroport a été reconnu d’utilité publique en 2007. À ce stade, le budget est chiffré à 808 millions d’euros. Une emprise foncière de 1 650 hectares lui est dévolue. La surface utile à la mise en service de l’équipement représenterait 500 hectares. Environ 240 hectares supplémentaires seront aménagés par la suite pour doper l’infrastructure. Le chantier, s’il voit le jour, doit mobiliser « 800 emplois pendant la durée de construction », notait, fin 2013, Patrick Gandil, directeur général de l’aviation civile. Lequel tablait sur la création de « 4 000 emplois directs et indirects d’ici 2030 ». L’objectif est d’enregistrer à terme un trafic de 9 millions de passagers (contre 4,15 millions l’an passé à Nantes Atlantique).

Dossier complet dans Presse Océan ce jeudi 18 juin.

 

 

 

Commentaires (6)

@CYRIL : Vous ...Entrepreneur !!!!!!!!???????
GEORGIO47 ven, 19/06/2015 - 11:11

N'importe quoi ...Je suis un entrepreneur , j'ai crée un petit Groupe de PME , des dizaines d'emplois et nous exportons dans plus de 20 Pays .
Pour suivre les propos de CYRIL depuis un certain nombre d'années ...ce n'est certainement pas un Entrepreneur et s'annoncer comme tel est indécent . Le dogmatisme et le possible échec de ses thésessur NDDL le fait délirer !
Pour des PME s'installer autour du Nouvel Aéroport c'est possible(je l'ai fait ) et ce sera possible pendant et après la construction .
Au dela des emplois directs (constructions ) les emplois indirects niés par CYRIL sont vraiment la preuve que le développement économique Régional lui échappe et sa méconnaissance du monde Entrepreneurial l'induit en erreur . Un tel outil qui se raisonne pour les 20 -30 ans a venir sera un vecteur essentiel d'Attractivité pour notre territoire ,pour le développement nos Entreprises , et donc l'Emploi !
Je conseille a CYRIL pour comprendre objectivement les Enjeux de lire l'excellent papier de Michel URVOY dans O-F d'hier (18/06)

Cyril : entrepreneur ???
observateur44 jeu, 18/06/2015 - 15:18

C'est la meilleure galéjade de la journée !!! Réparateur de cycles sans doute, mais entrepreneur, les zygomatiques me font mal.... Argument aussi débile que celui consistant à contester les créations d'emplois attendus.
Il est grand temps de mettre un terme à ce foutoir et d'engager les travaux sur NDDL. Il en va de la crédibilité de ce gouvernement et la réaction de Maâme Chiron et ses complices, on n'en a rien à foutre d'autant que la majorité municipale nantaise ne changerait pas !On se passerait des élus EELV ? La belle affaire que voilà ! Ca permettrait seulement de réparer la catastrophique négociation menée par Mr Bolo avec les écolos, qui à cette occasion obtinrent une représentation très largement supérieure à celle que leur donnait leur maigre résultat électoral.

@ cyril
fabd4449 jeu, 18/06/2015 - 11:04

J'espère que c'est de l'ironie...construire un aéroport, avec plus de vols va supprimer des emplois? La blague. Mais bon l'emploi une partie des Zadistes n'en ont rien à faire vu qu'il vivent grâce au travail des autres

Regardes le nombre d'emplois crée avec Nantes Atlantique
Cyril jeu, 18/06/2015 - 11:48

En réponse à fabd4449 - @ cyril

depuis des années alors que l'aéroport a gagné plus de 500 000 passagers, tu vas être surpris.

Regardes aussi le nombre de comptoirs entre l'actuel aéroport et le nouvel : moins de comptoirs d'enregistrement crées = moins d'emplois.
Ce n'est pas moi qui le dit c'est écrit sur le site de la dgac.

Et il y en a bien d'autres des cas comme ça...avec l'automatisation progressive de la plupart des installations aéroportuaires = moins besoin en personnel et donc moins d'emplois.

4000 emplois directs ET indirects = tu peux d'hors et déjà retirés les emplois indirects. Pas de possibilité pour les PME de s'installer dans ou autour de la future zone aéroportuaire car soit terrains achetés par les opposants, soit absence de terrain viable (constructible).
Et surtout trop loin de Nantes...
C'est un entrepreneur qui te le dit...

La création de « 4 000 emplois directs et indirects d’ici 2030 ?
Cyril jeu, 18/06/2015 - 08:54

Et donc la suppression de 2000 emplois agricoles + les 3 000 emplois du Sud Loire.

Monsieur Patrick Gandil, ça fait 4 000 - 5 000 = perte de 1000 emplois avec le nouvel aéroport.
L'argument économique est définitivement irrecevable ! N'en déplaises aux pros aéroports !

Tant mieux que le drame de Sievens ait douché les esprits ! De toute façon, plus aucune entreprise ne veut travailler sur le projet aéroport NDDL !

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.