Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Affaire Barbot : suivez le procès en direct

0 14.01.2016 06:00
L'affaire avait beaucoup ému à Vritz et à Candé.

L'affaire avait beaucoup ému à Vritz et à Candé.

Photo CO-PO

Les amants avaient avoué le meurtre en garde à vue. Ils comparaissent aujourd’hui devant la cour d’assises.

Live Blog Procès Barbot J1

Ils vont s’asseoir côte à côte, ce jeudi, dans le box des accusés de la cour d’Assises de Loire-Atlantique.
Didier Barbot, 42 ans, et Stéphanie Livet, 40 ans, ces « amants diaboliques », comparaissent pour avoir tué, ensemble, Anne Barbot, l’épouse.

+ La chronologie des faits (INFOGRAPHIE) Nantes. Affaire Barbot : les amants diaboliques jugés pour leur crime à Vritz

Souvenez-vous… En mars 2013, son mari, agriculteur à Vritz, avait alerté les médias, placardé des affiches et pleuré « la disparition » de sa femme pendant des semaines, avant que le cadavre calciné de la victime ne soit finalement découvert dans le coffre de sa voiture, en forêt de Saint-Michel-et-Chanveaux. Lui avait continué de jouer le rôle du mari dévasté… avant que les investigations menées par les enquêteurs ne révèlent son implication directe dans le meurtre. Il n’avait pas agi seul.
Le 15 mars, l’époux avait échangé quelque 75 SMS avec une autre femme, qui était sa maîtresse depuis longtemps. Ensemble, ils avaient fomenté un plan. Ce soir-là, Stéphanie avait coupé le compteur électrique dans le garage du couple Barbot. Anne était allée rétablir le courant mais Didier l’avait assommée à coups de bûche. Elle respirait encore. Les amants l’avaient alors étranglée avec une ficelle.


Interpellés le 26 novembre 2013, les amants étaient passés aux aveux le lendemain. Lui après la 4e audition. Elle après la 7e.


Placés en détention provisoire depuis plus de 25 mois, ils ont aujourd’hui beaucoup de choses à dire aux jurés de la cour d’assises, selon leurs avocats. « Didier Barbot a beaucoup évolué en détention. Je l’ai vu avancer. Il a eu des hauts et des bas. Il y a une grande souffrance », confie Me Cécile Bonneman, qui assiste donc l’accusé. « Il a des choses à dire. Il a compris que certains avaient besoin d’entendre des réponses. En espérant qu’on puisse faire autre chose que le procès de la trahison, qui n’est pas une infraction ». Didier Barbot sera également défendu par Me Franck Boezec, du barreau de Nantes : « Il va faire entendre sa vérité. Il plaide coupable. Il a envie qu’on entende ce qu’il a à dire. Il a réfléchi à ses actes. On va faire en sorte que ce ne soit pas le procès de la vengeance ».

Sa coaccusée, elle aussi, attend ce procès avec impatience. « Stéphanie Livet a envie de s’expliquer et elle a hâte de le faire », indique son avocate, Me Céline Pellerin-Goubaud. « Elle a été très cohérente sur ses propos. Elle dit souvent qu’elle assume avec honte ». Selon l’avocate angevine, la maîtresse de Didier Barbot « assumera sa part de responsabilité. Elle veut surtout expliquer comment elle en est arrivée là. Ce n’est pas une maîtresse diabolique. Dans ce dossier, on touche au plus près des liens complexes sur les relations humaines ».

Le verdict est attendu le vendredi 22 janvier prochain. 

Philippe Rubion et Anne-Hélène Dorison


Suivez chaque jour le procès en direct sur www.presseocean.fr et retrouvez les comptes-rendus d'audience dans nos éditions de Presse Océan


Live Blog Procès Barbot J1

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.