Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Après 65 jours en Afrique, le retour du graphiste Jinks Kunst

0 13.12.2016 12:10
  • Des photos du voyage africain de Jinks Kunst

    Des photos du voyage africain de Jinks Kunst

  • L'artiste à l'oeuvre

    L'artiste à l'oeuvre

  • Pochoirs dans la ville

    Pochoirs dans la ville

  • Jinks Kunst

    Jinks Kunst

  • Photos Jinks Kunst

    Des rencontres inoubliables

  • Vive l'humour nantais

    Vive l'humour nantais

  • Un projet qui se traduit pas un livre

    Un projet qui se traduit pas un livre

  • "J'ai voulu mettre en valeur des gens qui se battent pour les autres" (Jinks Kunst)

    "J'ai voulu mettre en valeur des gens qui se battent pour les autres" (Jinks Kunst)

  • Photo Jinks Kunst


  • L'artiste nantais de street art est passé par là...

    L'artiste nantais de street art est passé par là...

L’artiste nantais Jinks Kunst a officié en Afrique durant plus de deux mois dans le cadre d’un projet pour les enfants des rues. Pour clôturer ce projet nommé « Djiguene & Goor », il a édité à 200 exemplaires un livre de 120 pages (1)

Presse Océan : Pouvez-vous nous raconter l’origine de ce projet ?
Jinks Kunst : « Tout a commencé il y a 30 ans quand j’étais enfant , l’Afrique m’attirais déjà. Nous avions un premier projet avec la structure Humanit’Art en 2010 qui avait pour but d’apporter du matériel médical et un 4x4 au Niger qui ne s’est finalement pas fait. J’ai toujours gardé l’envie de monter un nouveau projet en Afrique de l’Ouest. L’idée de « Djiguene & Goor » (Femme & Homme en Wolof) est finalement née après avoir organisé des ateliers d’initiations à la création de fresque au Népal ! »
Vous êtes alors parti sur place ?
« Oui, c’était un voyage de repérage et de préparation d’ateliers dans les écoles et dans les centre pour les enfants des rues, centre culturel, alliance Française…
Je souhaitais mettre en lumière des femmes et des hommes qui font avancer le pays avec peu de moyen, voir aucun, ans cinq pays, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Bénin. J’ai trouvé des femmes qui s’occupent de petits orphelinats ou centre d’accueil des enfants des rues et des hommes dans l’agriculture biologique.
Quelles étaient vos motivations ?
« J’étais motivé par l’envie de mettre en avant des personnes qui, souvent galèrent pour faire fonctionner leurs structures. L’orphelinat de Bamako accueille une cinquantaine d’enfants du nouveau né à l’ado. Ils n’ont pas vraiment de lits, ni d’armoires pour ranger les habits et le matériel. La seule source de revenu est un petit restaurant. Sauf que depuis le coup d’Etat de 2012, les voyageurs et expatriés ont déserté les lieux. C'est un exemple parmi d'autres ».
Quel était votre rôle sur place ?
« Durant les 65 jours, je devais réaliser quatre pochoirs pour chaque portrait, mais aussi organiser les ateliers. Il fallait aussi trouver le mur qui accueillera la fresque et acheter du matériel sur place. Et surtout rencontrer les personnes que j’allais peindre et la population ».

Vous avez une anecdote ?"

Il y en a vraiment beaucoup, c’est un peu ce qui construit les voyages. Mais j’en ai une qui m’a marqué à tel point que j’ai des marques sur un bras ! Un insecte, la cantharide m’a laissé des brûlures sur les bras alors que je dormais. Une autre chose qui m’a marqué c’est à Ouagadougou, je prenais mon café un matin au centre culturel Napam Beogo, quand d’un coup je vois des banderoles se déployer devant moi. Des banderoles anti OGM, Anti Monsanto qu’ils préparaient pour leur départ à La Haie au procès d’octobre dernier ! Au Burkina Faso et dans beaucoup de pays d’Afrique de l’Ouest des gens se battent contre toutes ces merdes et ça fait toujours plaisir a voir »


Quels sont vos projets ?
« Pour clôturer le projet Djiguene & Goor, j’édite à 200 exemplaires un livre de 120 pages disponible sur mon site en prévente. J’invite aussi les Nantais pour le vernissage d’une exposition à la Galerie 18 à Nantes le 2 mars 2017 retraçant mon expérience en Afrique de l’Ouest. »

(1) Tirage : 200 exemplaires numérotés / signés Format : 14,8x21 cm. 120 pages
Reliure : Reliure dos carré. en savoir plus ici : www.jinkskunst.com/shop-1

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.