Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Aux assises, les victimes se souviennent des "hurlements" des braqueurs

0 07.10.2015 20:47
Me Eléonore Laigre et Me Pierre Huriet soutiennent les intérêts des parties civiles.

Me Eléonore Laigre et Me Pierre Huriet soutiennent les intérêts des parties civiles.

Photo PO-AHD

Un Havrais de 24 ans comparaît depuis mardi devant la cour d'assises de Loire-Atlantique. Il est soupçonné d'avoir participé aux braquages de deux bureaux de poste, à Saint-Nazaire et à Saint-Herblain, en février 2013. L'accusé se dit innocent.

Leurs  têtes se tournent vers les écrans, puis  vers le box.

Les regards des jurés s'arrêtent sur ces bandes vidéo diffusées dans la salle d’assises. Ils voudraient y trouver des réponses, des certitudes.

Seulement voilà : ils n'y voient que trois hommes vêtus de noir surgir dans une agence de la Poste, avec un sac rouge et des armes. Ils ont l’air nerveux, agités.

Pendant plus de deux minutes, ils les voient entrer et sortir du champ. Le film est muet mais les témoins l’ont fait parler un peu plus tôt. Ils se sont souvenus à la barre des « cris» des braqueurs, de leurs « hurlements même ». Ils troublent aujourd'hui encore le sommeil de certains d'entre eux, qui ont senti le froid du canon d'un pistolet sur leurs tempes : « Donne le coffre ou jte bute ! »

Les bureaux de saint-Nazaire et Saint-Herblain ont bel et bien été attaqués ce 4 février 2013 et des victimes ont assurément été traumatisées. Cela ne fait aucun doute.

La question n'est pas là. Elle est ici : l’un de ces trois hommes en noir se trouve-t-il dans le box aujourd’hui ?

C’est LA question à laquelle les jurés devront répondre vendredi.

Lire le compte-rendu d'audience dans Presse Océan jeudi 8 octobre 2015

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.