Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes C'était un pointeur, "il devait montrer qu'il était un bonhomme"

0 08.08.2017 09:17
Un jeune homme de 23 ans a été jugé pour avoir frappé un codétenu à la maison d'arrêt de Nantes-Carquefou.

Un jeune homme de 23 ans a été jugé pour avoir frappé un codétenu à la maison d'arrêt de Nantes-Carquefou.

Photo illustration PO-NATHALIE BOURREAU

Un détenu de 23 ans a été jugé lundi à Nantes. Le 15 mai, il avait roué de coups un codétenu condamné pour des faits de nature sexuelle. 

Ça crie aux barreaux des cellules. Ça hurle. « C’est un pointeur ! C’est un pointeur ! »

Ici, entre les murs de la maison d’arrêt de Nantes-Carquefou, comme dans tous les établissements pénitentiaires de France, on sait ce que ce mot veut dire. Le détenu que tous montrent du doigt ce 15 mai a été condamné pour des faits de nature sexuelle. Et dans ce monde, les pointeurs ont la vie dure.


Ce jour-là, le jeune homme de 23 ans aujourd’hui jugé en comparution immédiate « pète un plomb ». Il attrape l’homme en question par l’oreille et l’emmène « au coin ». Entendez au fond de la cour de promenade, dans le carré où les détenus ont pour habitude d’uriner. Et là, il cogne. Fort. Une gifle. Et puis deux. Une balayette. L’homme est au sol.  

La scène, filmée par les caméras de surveillance, dure très exactement quatre secondes mais les coups sont innombrables. « C’est un véritable déferlement de violence », selon le procureur. « Dans cette arène anxiogène, sous la pression carcérale, il devait montrer qu’il était un bonhomme », analyse son avocat, Me Vincent Letellier.
Le blessé se verra notifier trente jours d’ITT. L’agresseur passera autant de jours au mitard...

 

Lire la suite du compte-rendu d'audience dans Presse Océan mercredi 9 août 2017

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.