Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Circulation stoppée sur le périphérique pour intercepter un chauffard

0 14.03.2017 15:07
L'homme roulait avec 2,88 grammes d'alcool par litre de sang.

L'homme roulait avec 2,88 grammes d'alcool par litre de sang.

PO-OL

Il est aux alentours de 19 h 30, lundi soir. Un équipage de police de La Baule vient de transférer un détenu à la maison d'arrêt de Nantes. Il emprunte l'échangeur de Gachet.

Une Renault Clio circule devant eux, manquant de percuter le terre-plein central séparant deux chaussées. Ce conducteur, seul à bord, multiplie les infractions au code de la route.

L'homme roule à près de 90 km/h, refuse de s'arrêter malgré l'usage des avertisseurs sonores et lumineux. Il poursuit sa route sur le périphérique.

Des voitures sérigraphiées sont obligées de mettre en place un barrage roulant en amont. Elles stoppent la circulation sans incident. Au niveau de la porte d'Atlantis, à Saint-Herblain, un policier monte dans le véhicule du chauffard par la porte passager. Il serre le frein à main et s'empare des clés du véhicule. L'individu refuse de quitter la Clio en s'agrippant au volant. Il est interpellé et placé en garde à vue.

Cet homme de 52 ans est contrôlé avec 2,88 grammes d'alcool par litre de sang. Il est en récidive de conduite sous l'empire d'un état alcoolique.

Entendu sur les faits, il n'a pas reconnu les infractions routières. Il explique par ailleurs n'avoir pas vu les avertisseurs lumineux et pas entendu le gyrophare car il écoutait « du Johnny à fond ».

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.