Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Coeur artificiel : Carmat envisage une vingtaine de nouvelles greffes

0 21.10.2014 11:01
Photo Josselin Clair

Photo Josselin Clair

Carmat se projette dans une nouvelle phase de développement de son coeur artificiel, qui pourrait passer par une vingtaine de greffes supplémentaires, pour peu que les essais en cours soient concluants, a indiqué mardi le groupe à l'occasion de la publication de ses résultats semestriels. Cette deuxième phase du développement du coeur artificiel de Carmat devrait toutefois prendre six mois de retard par rapport au calendrier envisagé initialement par la société. 

Carmat est actuellement engagé dans une phase dite de "faisabilité" prévoyant la greffe de son coeur artificiel sur quatre patients souffrant d'insuffisance cardiaque terminale. 

Une première prothèse avait été implantée le 18 décembre à Paris. Le patient était décédé de 74 jours plus tard, alors que l'objectif initial de l'opération était de permettre une survie à 30 jours. 

Un deuxième patient a fait l'objet d'une greffe le 5 août au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes. Le communiqué de Carmat ne donne aucune indication sur son état de santé actuel. 

Les deux derniers malades devant faire l'objet d'une greffe sont en cours de recrutement, selon le groupe. 

Si les résultats de ces quatre opérations devaient être jugés satisfaisants, Carmat "pourra proposer aux autorités de tutelle, en France et dans d'autres pays, le protocole d'une nouvelle étude élargie à une vingtaine de patients suivis à plus long terme comme, par exemple, 180 jours", annonce le groupe. 

En l'absence de quasiment toute recette, Carmat a par ailleurs creusé ses pertes au premier semestre, puisque celles-ci ont atteint 9,9 millions d'euros sur ces six mois, contre 4,9 millions l'an dernier à la même époque, précise son communiqué. 

Le groupe a en effet beaucoup investi pour développer les équipements qui permettront aux malades greffés de rentrer chez eux, a-t-il expliqué. 

A ce rythme, Carmat aura consommé toute sa trésorerie avant la fin de l'année, dans la mesure où il ne lui restait plus de 6,3 millions d'euros en caisse à la fin septembre. 

Pour continuer de rester à flot, Carmat table sur un versement de 7,2 millions d'euros de la banque publique Bpifrance, qu'il touchera si les études en cours s'avèrent positives. 

 

AFP

 

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.