Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Débat à Nantes Métropole, ça chauffe toujours pour la chaufferie

1 28.06.2016 16:26
Le projet de chaufferie à Rezé Trentemoult

Le projet de chaufferie à Rezé Trentemoult

Image de synthèse Nantes Métropole

L’opposition au projet de Chaufferie à bois à Rezé, baptisée « centrale thermique », pas ses détracteurs, s’est invitée au débat sur le Plan local d’urbanisme métropolitain (PLUM).

Alors que quelques habitants de Bouguenais opposés au projet étaient au fond de la salle ce mardi matin, Sandra Impériale élue (LR) à Bouguenais, s’est insurgée "du manque de concertation pour un projet qui impacte la vie et la santé des habitants", évoquant un « gros pot d’échappement de six cheminées à quelque centaines de mètres des habitations ». « Pour bien faire il faudrait remettre l’ouvrage sur le métier pour construire le projet avec les habitants... » demande-t-elle.

« Nous avons accédé à toutes les demandes de l’association de riverains. Ce projet ne se fera pas au dépens de la santé des habitants. Au démarrage, il y a sûrement eu un problème d’information », admet Julie Laernoes (EELV) en charge du dossier.

Les habitants de Trentemoult font systématiquement obstruction

Pour sa part, Philippe Seillier (LR), élu d'opposition à Rezé a pris le contre-pied de Sandra Impériale, s'insurgeant dans "un coup de gueule" sur le fait qu' "à chaque fois qu'il y a des projets d'aménagement et de développement (guinguette, aménagement des voies de circulation...), à Trentemoult ou à proximité, il y a leviers de boucliers des populations qui font systématiquement obstruction". Ajoutant : "Sur Rezé nous avons deux chaufferies, dont une sur le quartier du Château, qui n'ont pas suscité autant de polémiques de la part des habitants du quartier. Sur cette commune libre de Trentemoult, il avait été possible de venir amender en son temps le projet dans le cadre de la procédure de communication réglementaire"

Plus d'informations dans Presse Océan du mercredi 29 juin.

Commentaires (1)

le projet IDEX Rezé n'a pas subi une demande Autorisation
jeannot44 jeu, 07/07/2016 - 18:39

Précision, l’ICPE IDEX Rezé, P< 20 MW, a subi une procédure D à Déclaration seulement, donc il n’y a pas eu d’enquête publique, et pas de débat public avant la table ronde de l’inauguration du 29/11/2014. à voir sur tvrezé.
Un débat public initial aurait pu faire émerger s’il était opportun de faire cette installation sur le grand ensemble sportif de la trocardière. Plusieurs terrains de football, 5 courts de tennis rénovés plein air, piste d’athlétisme entièrement rénovée et parcours de santé pour les promeneurs et retraités.
La chaudière bois ne fonctionnait déjà pas le 29/11/2014, une chaudière gaz avait pris le relais. Les plaintes des footballeurs ont commencé début février 2015. -> http://jc25mercier.free.fr/chaudieres/docs/fumees.html
Puis l’étude Air Pays de Loire sortie le 15/10/2015 a mis en évidence une mauvaise éjection des fumées de la cheminée bois (4,6 m/s au lieu des 6 m/s pourtant réglementaires). En cause aussi le « bois » utilisé .. (les filtres ?), et le vent qui parfois se rabat.. Toujours est il, à ce jour, que la chaudière bois a peu fonctionné, et on est loin des 85 % de chaleur qui devaient être fournis par la chaudière bois. On a alors maintenant un gros dilemme !
Car la chaudière bois devait « économiser du CO2 » ,
(comme les chaudières ERENA Malakoff 30 MW et Erena Rezé 9 MW devraient faire avec …un rayon d’approvisionnement porté jusqu’ à 150 km, 5 départements (plaquette NPmai 2016) !),
Maintenant quand elle n’a pas fonctionné, elle n’a pas économisé !
Oui mais ! elle n’a donc pas pollué autant que prévu avec ses rejets fumées bois ! Doit on se réjouir, alors ?
Au passage, ses rejets réglementaires au max. en poussières 50 mg / Nm3 soit 5 fois plus que la norme incinérateur. D’ailleurs sur cette vidéo du 18/1/2015, elle s’est lâchée ! http://youtu.be/mhICP6SR2R4
Sachant que les fonds ADEME sont versés pour « brûler du bois - économiser du CO2 » , et que ça fait passer à une tva réduite à 5,5%, Aurait on versé à tort cet argent, et l’Etat se prive t il durablement de ressources sur toute la durée de la délégation ?
De toute façon, vous aurez remarqué que les projets chaudières industrielles à bois sont des très mauvaises idées !

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.