Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Des agriculteurs « sur la paille » à cause de l’Etat

0 13.12.2016 15:18
Les manifestants ont étalé du foin et planté une tente devant la Draaf

Les manifestants ont étalé du foin et planté une tente devant la Draaf

Photo PO-XB

Une vingtaine d’agriculteurs membres de la FRSEA Pays de la Loire manifeste actuellement devant la direction régionale de l’agriculture à Nantes.
Devant l’entrée de la Draaf, ils ont étalé du foin sur le bitume, planté une tente et scotché des écriteaux où l’on peut lire « L’État me met sur la paille ». Une manifestation pacifiste pour dénoncer le blocage des aides qui leur sont dues au titre des mesures agro-environnementales et climatiques (Maec) de 2015 et 2016.
Ils sont plus de 1 900 dans la région à s’être engagés dans « l’agro-écologie », à travers des pratiques plus respectueuse de l’environnement : limitation des apports d’engrais et de pesticides, fauche tardive, bio…  À la clé, des pertes de production qui devraient être compensées par ces fameuses aides, à hauteur de 14,5 millions d’euros en 2015 et 16 millions en 2016. Mais pour l’heure, ils n’ont touché qu’une avance de 5 millions d’euros. « Les dossiers n’ont toujours pas été traités par l’administration et les paiements sont donc bloqués », dénonce Dominique Lebrun, de la FDSEA Maine-et-Loire.
Fin novembre, la FNSEA a rencontré le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, qui a promis de prendre les choses en main. « Depuis, c’est le silence radio », explique Christian Francheteau, de la FDSEA Vendée.
Le syndicat réclame le versement d’urgence d’un acompte de 90 % sur les sommes attendues, « comme c’est le cas pour toutes les aides de la PAC (politique agricole commune) », fait valoir Dominique Lebrun.
Une délégation doit être reçue par la directrice de la Draaf.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.