Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Des jeunes ont rencontré leurs aînés qui ont vécu la guerre 39-45

0 27.05.2015 15:08
  • Photo PO - SP

    Christian Emereau a vu son maître Alphonse Braud embarqué par la gestapo nantaise

  • Photo PO - SP

    Six anciens enfants nantais réunis par Luc Douillard et les élèves de l'école Michelet

  • Les enfants ont lu des textes écrits par des enfants en 1941

    Les enfants ont lu des textes écrits par des enfants en 1941

  • Photo PO - SP

    Marcel Moreau, 81 ans, a vu une collision de deux avions allemands depuis la cour de récré

  • Photo PO - SP

    Christian Emereau, 83 ans, est le dernier témoin à avoir vu Alphonse Braud embarqué par la gestapo

  • Quand la transmission fonctionne entre les aînés et les jeunes

    Quand la transmission fonctionne entre les aînés et les jeunes

  • Photo PO - SP

    Luc Douillard (debout) est le professeur par qui ces belles rencontres ont pu avoir lieu

C’était aussi des enfants en 1940. Âgés de 80 ans aujourd’hui, ils sont venus témoigner du lourd passif. Les retrouvailles entre deux générations ont eu lieu hier, quartier Chantenay à l’école Alphonse Braud. Un nom d’école lourd de sens puisqu’il fut donné en hommage à un professeur mort à Auschwitz à l’âge de 34 ans.

« J’étais dans la classe d’Alphonse Braud quand deux hommes de la Gestapo française sont entrés le 23 juin 1941 », raconte Christian Emereau, 82 ans. « Il a posé sa blouse et ils l’ont emmené. On est restés comme ça. Le maître était absent. On ne l’a plus jamais revu ». Interpellé car communiste, il mourra du typhus le 17 septembre 1942. Ce terrible parcours, Christian Emereau, l’a raconté à des enfants de CM1-CM2 ainsi qu’à une douzaine d’élèves de l’école Michelet, venus avec Luc Douillard, le professeur de Lettres et d’histoire-géo à l’origine de cette journée émouvante. « En 1945, une brochure « La guerre vue par les enfants » avait été écrite par 52 enfants d’ici. Après avoir retrouvé ce document dans une brocante, nous avions envie de les retrouver », indique Luc Douillard.

Des tranchées dans la cour
Ils étaient donc une poignée, visiblement émus, à être au rendez-vous de cette histoire, de leur histoire. Monique Massuyeau (Mme Chevrier), Michel Barbec, Marcel Bezier, Jean Nouvel et Marcel Moreau ont écouté les enfants lire leurs textes écrits 70 ans. « J’ai vu la collision de deux avions allemands pendant qu’on jouait à la récré», explique Marcel Moreau, 81 ans. « C’était en 1941. Un des avions est tombé rue Galilée. On s’est abrité ». Aucun d’entre eux n’a oublié les bombardements des 16 et 23 septembre 1943 qui seront les plus violents et tueront près de 1 500 personnes. « On écoutait les sirènes. On était tous figés en classe », dit encore Christian Emereau. « Quand on entendait cinq coups de sriène, on savait que c’était pour Nantes, alors, on allait se cacher dans des abris faits dans la cour. Aujourd’hui, c’est le terrain de basket ».

S.P.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.