Recevez gratuitement la lettre d'information générale de Presse Océan.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Des mineurs sous des tentes et des migrants par dizaines dans des squats

0 04.11.2016 16:26
A Nantes, plus de 300 migrants se serrent dans des squats

A Nantes, plus de 300 migrants se serrent dans des squats

Photo PO-OLIVIER LANRIVAIN

À Nantes, 300 migrants se serrent dans des squats. Les associations attendent une « prise de conscience ».


Ils auraient préféré ne pas avoir à en arriver là.
Albert Labat, Françoise Thoumas et Corinne Ducleux ont bien toqué aux portes de la mairie et de la préfecture, au nom des collectifs de soutien aux expulsés de la rue des Stocks et aux mineurs étrangers notamment.

Seulement, tous ont la désagréable impression de « se faire balader ».


«  Il faudrait simplement que chacun fasse sa part de travail »


En attendant, une dizaine d’adolescents étrangers isolés vivent sous des tentes, à Doulon, au pied d’un squat qui déborde. Là-bas, les réfugiés et demandeurs d’asile, venus d’Erythrée, du Soudan, du Congo ou encore du Mali se « marchent les uns sur les autres », soupire Albert Labat, que ce triste spectacle « inquiète beaucoup ».


« Il faut voir dans quelles conditions ils vivent… », souffle aussi Corine Ducleux. « Franchement, on pourrait attendre d’une métropole aussi riche que Nantes qu’elle traite ces êtres humains plus dignement ».

Lire la suite de cet article dans Presse Océan samedi 5 novembre 2016

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
inscription à la lettre d'information générale
logo Presse Océan

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Presse Océan.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.